Heterogenia Linguistico (T01), communiquer avec les espèces étrangères

Nouveauté manga publiée chez Nobi Nobi!, Heterogenia Linguistico : étude linguistique des espèces fantastiques nous emmène dans l’Outremonde pour comprendre comment vivre, survivre et communiquer avec ceux et celles qui ne parlent pas notre langue.


Heterogenia Linguistico


Saga :  Heterogenia Linguistico (3 tomes – en cours)

Scénario : Salt Seno

Dessin : Salt Seno

Genre : manga seinen

Éditeur : Nobi Nobi!

Sortie : 20 avril 2022

Pages : 178 pages

Prix : 7,20€

Synopsis : Lorsque son professeur se blesse en rentrant d’une expédition, le jeune Hakaba est chargé de le remplacer en urgence. La mission de l’apprenti linguiste ? Se rendre dans l’Outremonde afin d’étudier la manière dont communiquent les créatures fantastiques qui le peuplent. Guidé par la petite Susuki et traversé par un mélange de fascination et de frousse, il découvre les mœurs d’êtres aussi intimidants que sensibles, et réalise très vite que les loups-garous, hommes-lézards et autres krakens sont bien moins effrayants qu’on ne le pense.

Note : 3.5 sur 5.

De l’observation, des analyses, des réflexions

Heterogenia Linguistico est enrichissant. En effet, son auteur Salt Seno nous emmène dans une histoire durant laquelle Hakaba, disciple du professeur blessé qu’il remplace, se rend dans l’Outremonde. C’est dans celui-ci qu’il découvre pour la première fois nombre d’êtres fantastiques pour la plupart issus de nos légendes. Cette histoire n’est pas une question de survie mais une aventure, de véritables découvertes scientifiques au gré des rencontres que fait Hakaba avec les espèces et comment celui-ci tente de comprendre et de déterminer leur langage.

Pour l’aider dans cet inconnu, Hakaba rencontre Susuki, issue d’une union très étrange qui permet – merci la ficelle – de faire le lien entre l’Outremonde et le genre humain. De villages en villages, de la forêt à la mer en passant par les montagnes et les grottes, ce sont diverses espèces comme les harpies, les hommes-lézards, les minotaures que Hakaba rencontrent. Tous parlent un langage différent lié à leur taille, à leur poids, à la forme de leurs muscles que Hakaba tente de comprendre, d’abord par lui-même mais également en s’aidant des notes du Professeur.



Une aventure savante qui appelle à nous décentrer

Ce que j’ai bien aimé dans Heterogenia Linguistico et ce qui change également, c’est le fait que nous sommes davantage ici dans une aventure savante que dans une aventure guerrière. Comprendre les autre et faire l’effort de ne plus être autocentré sur son espèce. On a vraiment parfois la sensation de progresser autant qu’Hakaba et de nous-même comprendre un nouveau langage, bien qu’il y ait encore des failles.

Enfin, si le dessin est parfois un peu grossier – du moins peut-être pas assez détaillé – il reste plutôt sympathique et bien adapté à l’œuvre. Un humour se cache aussi derrière certaines planches ou encore des modes de vie très étranges mais… étrange pour qui ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :