Pour toi je décrocherai la lune, de Winnipeg à New-York : une épopée attendrissante entre frère et sœur

– Accroche-toi bien à tes rêves, car si les rêves meurent, la vie est un oiseau aux ailes brisées qui ne peut voler.

Titre : Pour toi je décrocherai la lune

Auteur : Gregory Hughes

Éditeur/pages/année : Seuil, 376 pages, 2013

Prix : 13.90€ (broché)

Synopsis :
A la mort de leur père, Bob, douze ans, et sa sœur Marie-Claire, dix ans, se retrouvent sans famille. Pour échapper à l’orphelinat, ils s’enfuient à New York, où ils espèrent être adoptés par un oncle qu’ils n’ont jamais vu. Les voici bientôt à Manhattan, livrés à eux-mêmes. Commence alors une aventure extraordinaire, pleine de rebondissements et de personnages étonnants, comme seuls les enfants savent en inventer.
Car Bob et Marie-Claire possèdent un pouvoir fabuleux : celui de se faire des amis, même au cœur de la nuit !

Une épopée attendrissante entre frère et sœur

Du Canada aux États-Unis, Marie-Claire (dit MC) et Bob vont vivre une épopée de tous les dangers, en route vers l’inconnu pour trouver un étranger qui pourrait leur sauver la vie. Reçu ce livre par Once Upon a Book, j’ai mis du temps à le finir. Pas parce qu’il ne me plaisait pas, mais à cause du temps pris par mes études. Mais cette fois, je l’ai terminé et je l’ai adoré, malgré quelques petits défauts. Ce sont de jeunes adolescents, de 12 et 10 ans, orphelins de mère vont devenir soudain orphelin de père. Voilà qu’ils ont peur de se retrouver en orphelinat… et séparés. Alors, ils tentent le tout pour le tout, aidé par des amis : ils s’enfuient incognito de Winnipeg pour traverser la frontière et rejoindre New-York, à la recherche d’un oncle qu’ils ne connaissent pas. Sur la route, ils croiseront beaucoup de monde… et de dangers. Amis et ennemis, bienfaiteurs et hommes dangereux, voleur et star du rap : ils vont devoir faire confiance, aider, fuir ou traîner avec un monde qu’ils ne connaissent pas, sans aucune protection parentale mais toujours avec l’amour fraternel.

De l’humour et de l’attachement

On note dans ce roman jeunesse une bonne dose d’humour. Mais apparaît assez rapidement un premier défaut (quoique). En effet, Gregory Hughes a écrit à travers ses personnages de nombreuses blagues liées à la pédophilie : c’est-à-dire que chaque personnage étrange que Marie-Claire rencontrera sera surnommé de pédophile très explicitement. Alors, au début cette naïveté et cette innocence, c’est drôle, mais on le retrouve de nombreuses fois et à force, c’est gênant. Mais la suite du livre, sans vouloir spoiler, contrebalance un peu ce défaut. Le plus gros défaut que je retiens de ce roman, c’est l’âge des personnages. Marie-Claire a dix ans mais elle est déjà l’archétype de l’enfant idéal : elle sait parler plusieurs langues, elle fait du théâtre, elle est orgueilleuse mais parfois à juste titre, elle arrive à défendre son père face à un inconnu sans une once de peur, elle donne aux associations, elle a un amoureux, elle est autonome et semble excessivement intelligente. J’ai l’impression que l’âge des personnages a été changé à la dernière minute car ça reste pour moi totalement irréaliste : c’est trop gros pour paraître vrai. De l’autre côté, il y a son grand-frère Bob, moins confiant, parfois maladroit et rempli de préjugés. Lui, il est amoureux de sa prof qui a 19 ans (trop jeune pour être prof). Et j’ai le sentiment qu’ils sont un peu trop jeunes pour une épopée de cette envergure, ainsi c’est dommage car ça casse un peu tout. Autre défaut, il y a quelques pages superflues, qui n’ont vraiment pas d’utilité.

Toutefois, si on ne s’arrête pas à ces défauts, on trouve un roman très plaisant à lire, où sur certains passages, j’ai vraiment ri comme rarement pour un livre (CF pour les connaisseurs la scène avec l’escroc dans la rue qui se dispute à coups d’insultes). On ressent très bien cet attachement fraternel qui est vraiment bien travaillé, notamment sur les scènes où Marie-Claire à tendance à s’évanouir pour une raison que je ne dévoilerai pas. On a réelles émotions et les personnages sont tous différents, ils ont leur caractère propre. Et la fin du roman est exceptionnelle, quoique possiblement décevante pour certains. Voilà un roman jeunesse plutôt court (écrit en gros caractères) que je vous conseille !


Lisez un extrait ici

Critiquez ce roman ici

Achetez cette œuvre ici


Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :