La Révolution Française

Étudiant en Histoire, l’une de mes passions est de transmettre mes connaissances. Lors de mon quatrième semestre, j’ai étudié en histoire moderne approfondie la Révolution Française (1789-1799). Aujourd’hui, pour ce cinquième semestre, j’ai la chance de continuer avec l’étude du Consulat et de l’Empire (1799-1815). J’ai reçu l’autorisation de mon enseignante, Marion Trévisi (historienne de l’histoire moderne), de publier sous forme d’articles ses cours magistraux que j’ai pris sérieusement en notes. Sous forme de publications régulières, je vais découper les articles en fonction de parties. Ci-dessous, vous trouverez le plan avec pour chaque titre un lien accédant à la partie concernée qui sera mis progressivement. Je vous souhaite donc une bonne lecture, un bon apprentissage pour ce cours.


Jacques Bertaux (1745-1818), La prise du palais des Tuileries, cour du Carrousel, 10 août 1792, 1793. Huile sur toile. 124×192 cm, Musée national du Château de Versailles

INTRODUCTION

La Révolution Française est l’événement majeur du « roman national français » pour lequel nous disposons de nombreux livres. La Révolution Française est un objet historique et c’est aussi un moment qui cristallise les interrogations des historiens. Sujet pour lequel on se pose de nombreuses questions : on doit faire de l’histoire événementielle et en même temps, on doit voir le long terme. Déjà, les historiens ne sont jamais d’accord entre eux sur la chronologie de la Révolution Française. 1789 est une date de départ convenu par les historiens. Mais quelle est la fin ? Certains disent 1795 : on a fait table rase de l’Ancien Régime, essayé de fabriquer un homme nouveau, c’est le début de la période du Directoire. D’autres sont pour 1799, à la fin du Directoire. Puis enfin, il y a ceux qui disent que l’Empire est la suite de la Révolution Française et qu’il faut donc aller jusqu’à 1815.

Nous, nous allons faire 1789-1799 sur cette période qui a beaucoup fait débat. Les ennemis de la Révolution Française (royalistes) ont réfléchi à ce qu’ils ont vécu et l’ont cernée comme un châtiment divin, « c’est un péché », « Dieu nous a puni », une vision providentielle. Les libéraux (heureux de la Révolution Française pour les libertés fondamentales qu’elle a apportées mais regrettent la Terreur en 1793) ne comptabilisent pas cette Terreur. Pour un historien de droite, conservateur, la révolution est une catastrophe. Pour un historien républicain, de gauche, il valorise 1789, et s’arrête en 1792-1793 à cause de la Terreur. Alors que le socialiste/communiste affirme que la Terreur est génial car c’est l’irruption du peuple dans la politique, annonçant la « grande révolution ».

Les causes de la Révolution Française sont multifactorielles : les causes structurelles, profondes, combinées à des causes conjoncturelles : un ensemble d’événements qui ont créé un choc suffisamment important pour entraîner des transformations irréversibles en politique comme en société.


PLAN


CHAPITRE 1 – Les origines de la Révolution Française


I. Remise en cause de l’absolutisme et émergence d’idées nouvelles

A. Les révolutions anglaises du XVIIe siècle : la mise en place d’une monarchie parlementaire
B. Les philosophes et le siècle des Lumières
C. La révolution et la république américaines

II. Des causes multiples : la France en crise

A. Une crise institutionnelle
B. Une crise sociale
C. Une crise financière et économique

III. L’impossible réforme

A. La réforme fiscale
B. La réforme institutionnelle : entrée en pré-révolution
C. L’opinion comme actrice politique

CHAPITRE 2 – 1789-1791


I. La Révolution juridique (mai-juillet 1789)

A. La préparation des États Généraux
B. Les députés du tiers-état s’opposent au roi

II. L’été 1789, la Révolution populaire

A. Paris entre en Révolution
B. La grande peur et ses conséquence
C. L’opposition du roi et ses conséquence

III. L’échec de la monarchie constitutionnelle (1790-1791)

A. Les réformes et la construction d’un nouvel ordre
B. Le Roi et la Révolution

CHAPITRE 3 – Les débuts de l’Assemblée législative jusqu’à la chute de la monarchie


I. L’échec de l’Assemblée législative et de la monarchie constitutionnelle

A. La composition de l’Assemblée législative
B. Le problème religieux et la Vendée
C. La marche à la guerre

II. La chute de la monarchie

A. La guerre modifie les rapports de force
B. Le renversement de la monarchie

CHAPITRE 4 – Paroxysmes révolutionnaires : de la Convention à Thermidor (1792-1795)


I. Les débuts de la Convention et de la République

A. La mise à mort de Louis XVI
B. Les conséquences : vers un régime d’exception

II. La République en danger

A. Les conditions de la terreur
B. Des lois pour sauver la République
C. Les résultats

III. Robespierre et la « grande Terreur » : une légende noire

A. L’apogée de la radicalisation : dictature du salut public
B. L’éclatement du gouvernement révolutionnaire
C. Bilans de la période

IV. La fin de la Convention et de la Révolution ?

A. Comment arrêter la Révolution Française après Thermidor ?
B. Arrêter la Révolution Française par la réaction républicaine ?

CHAPITRE 5 – Le Directoire : échec de la République bourgeoise


I. La constitution de l’An II

II. La République bourgeoise

III. L’échec du Directoire et la fin de la République


Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :