La pêche du jour d’Eric Fottorino, un dialogue sur la question migratoire

Deux personnages réunis sur le port de Lesbos, en Grèce, évoquent le destin des migrants. L'un est un étrange pêcheur qui fait commerce de leurs corps sans vie. L'autre un client dont on ne sait s'il veut acheter ces cadavres, ou se racheter. D'emblée s'installent le malaise et le questionnement. Pourquoi ce mélange de cynisme, d'indifférence, d'impuissance ? C'est le miroir de nos renoncements que nous tendent les mots âpres de l'auteur qui se demande si nous avons cessé d'être humains. Au moment où le sort des réfugiés est sans cesse instrumentalisé, où des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants meurent de traverser la Méditerranée parce qu'ils veulent simplement vivre, La Pêche du jour est un texte sombre et bouleversant. Pour réfléchir, pour s'indigner, pour agir.

Coule la Seine de Fred Vargas, lettres anonymes et crime durant Noël

Un banc public près d’un lampadaire, des lettres anonymes. Un Noël de garde et une femme noyée. Un taxi qui s’en va, trois coups de feu qui partent. Une balade sur les quais pour réfléchir à tout ça. Le commissaire Adamsberg est un véritable magicien qui se fie à son instinct et à son flair. Dans ce recueil, trois nouvelles pour le prouver : Salut et liberté, La nuit des brutes et Cinq francs pièce.

La Machine à Explorer le Temps de H.G. Wells : fondateur de la dystopie

« Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée – ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s’évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps. »

SP | Monstrueuse féerie, quand la réalité se pare de singulier

Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens « normaux ». Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance. Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit. Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce Centre. Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec « les fous ». Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais. Et je ne peux pas répondre que parmi les Monuments, on peut parfois trouver des elfes.

SP | Chronique de Jonath Ancelin : le dragon et l’apprenti de Ben Thomas

Après le Fils de l’Etoile, Jonath Ancelin, célèbre poète-aventurier, nous conte la légende du Dragon et de l’Apprenti. Rungli, jeune apprenti d’un marchand itinérant, est un garçon d’une absolue discrétion. Ainsi, lorsqu’il se porte volontaire pour tuer un mythique Dragon, nul n’y croit. Jusqu’à ce que se révèle l’ombre derrière ses profondes blessures. Tout ceci était annonciateur d’un inéluctable destin.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :