Oui, l’école doit affermir la culture politique des élèves

Cet article de blog est écrit après une discussion sur Twitter concernant le rôle de l’école dans la diffusion d’une culture politique des élèves, dans laquelle une personnalité de Sciences Po estimait que l’école devait accompagner les jeunes électeurs dans leurs premières élections. Sans aller jusqu’à penser qu’on puisse sortir du cadre scolaire pour accompagner les primo-votants – si par chance déjà âgés de 18 ans – dans les bureaux de vote, le débat invite à questionner tout de même notre rôle d’enseignant vis-à-vis de la (non)-politisation des élèves dans un contexte où les jeunes et surtout les plus défavorisés s’abstiennent dans une large majorité. Or, une démocratie sans électeur n’est pas une démocratie.

Par « école », nous entendons ici davantage le collège et le lycée, dans cette idée que le lycée est le dernier lieu de scolarité de l’enfant avant qu’il ne choisisse une autre trajectoire qui l’emmène possiblement en dehors de la structure scolaire. Que le lycée est souvent ce dernier lieu avant la première possibilité de voter pour le lycéen. Par « affermir », nous entendons consolider parce que la diffusion d’une culture politique est déjà actuelle au sein de l’école, que ce soit au collège ou au lycée, mais sans doute pas assez suffisante. Il reste à définir la « culture politique » que nous prendrons dans un sens simple et terre à terre vis-à-vis du lycéen : connaître le fonctionnement des principales institutions, l’ensemble des élections, le rôle des représentants, les différents partis politiques, une définition des gauches et de des droites et bien évidemment, l’importance du vote.

Dans la discussion ressurgissait d’ailleurs le droit de vote. Oui, les élèves acquièrent l’idée que voter est important, sans doute l’acte le plus important de notre Ve République puisque celle-ci finalement laisse peu de marge d’expression aux citoyens. Mais je constate une chose chez les jeunes lycéens et de ma propre expérience en tant que jeune adulte et étudiant, désormais enseignant d’histoire-géographie : si les élèves savent qu’il faut voter, savent-ils pour quoi ou pour qui ? Si vous laissez un bulletin de vote dans les mains d’une personne, mais que celle-ci n’a aucune idée d’où le mettre, cela ne sert effectivement à rien.

Ce que les élèves devraient connaître à la fin du lycée…

Il m’est avis qu’à la fin du lycée et avant d’aborder ses premières élections, le lycéen doit impérativement connaître les bases suivantes.

D’abord, les grandes institutions de la Ve République sans que ne prédomine l’élection présidentielle. En effet, la population française ne connait principalement que les élections présidentielles, or, les autres et dont les législatives qui sont énormément boudées, ne doivent pas être minorées. Par là, il faut faire comprendre aux lycéens que ce n’est pas seulement le président qui décide de tout, et que la Ve République n’a pas que le président comme personnage important.

Puis dans un deuxième temps, savoir se repérer sur l’échiquier politique. Cela passe par l’explication de ce qu’est la gauche, le centre, la droite et toutes leurs variables aujourd’hui. À connecter avec les différents domaines, principalement social, économique, culturel, identitaire voire de politique étrangère. Ce repérage se fait en lien avec la présentation des grands partis politiques (NPA, LO, PCF, LFI, PS, EELV, Renaissance, MODEM-UDI, LR, RN, Reconquête) et leurs grandes figures (on se contentera du chef politique).

Tout cela permettrait aux élèves de se retrouver avec un bulletin de vote, comprenant l’importance de voter, mais en sachant pour qui et pour quoi ils peuvent voter. L’un va impérativement avec l’autre. Les chiffres et les constats effectués aujourd’hui démontrent que dans la jeunesse et au-delà, de si nombreuses personnes ne connaissent ni le fonctionnement des institutions, ni savent se repérer sur l’échiquier politique. Alors si par miracle ceux-là font l’effort d’aller dans un bureau de vote, savent-ils au moins pour quoi et pour qui ils votent ?

Est-ce le rôle de l’école de renforcer la culture politique des élèves ?

Est-ce à l’école de le faire ? Oui, totalement. Pour commencer, l’objectif de l’école républicaine est de former des citoyens et de faire vivre la démocratie. Si on regarde dans un temps long l’histoire politique française en comprenant celle de la royauté, on peut deviner qu’il y a une lutte permanente entre les différents régimes politiques, et qu’au sein d’un même régime politique, des visions différentes sur qui doit posséder le pouvoir, et comment le partager. La démocratisation de l’école permet de cultiver les esprits de chacun et de chacune, de leur enseigner de la science, de leur apprendre à raisonner pour faire des choix futurs : à fabriquer des citoyens. Si ceux-ci ne participent pas à la vie politique et ne font pas fonctionner la démocratie, notre travail est en partie un échec. Est-ce le rôle de l’école ? Totalement. Laisserons-nous d’autres carcans (parentaux, religieux, médiatiques, réseaux sociaux) guider les élèves ou allons-nous continuer à garder ce rôle d’enseigner en toute objectivité le fonctionnement des institutions et l’importance de la démocratie ? En s’appuyant si l’on souhaite sur des acteurs extérieurs. Encore faut-il que ces carcans existent. Si les parents ou tuteurs n’ont aucune culture politique satisfaisante, comment pourraient-ils l’enseigner aux enfants ? Qui plus est, cela voudrait dire laisser l’expérience de la démocratie aux familles qui ont la meilleure culture politique : les familles les plus aisées, donc de marginaliser les plus pauvres qui sont déjà les plus abstentionnistes.

Bien sûr que l’école le fait déjà, mais il faut l’affermir. Combien de lycéens en Terminale savent nommer les grands partis politiques et leur leader ? Comprennent l’orientation et la ligne politiques de chaque parti et ce pour chaque domaine ? Comprennent le fonctionnement des institutions ? Je ne parle pas de leur fournir une culture politique de Sciences Po ou d’une licence d’histoire mais de leur fournir les bases essentielles que les chiffres démontrent qu’ils n’ont pas en grande partie. La politisation des jeunes a largement diminué depuis plusieurs décennies car les structures politiques de formation (partis, syndicats, associations de jeunes) périclitent et ont périclité. L’école doit en prendre le relais. Il m’est avis que cela doit commencer impérativement dès la Seconde, car c’est un travail long et fastidieux et que c’est à ce moment, au lycée, que les mentalités sont de plus en plus éveillées – et qui plus est en période d’élection. L’idéal reste que cette sensibilisation se fasse dès le collège. Cependant, il faudrait changer les programmes : ceux-ci sont sans doute trop peu chargés de ces thèmes politiques alors qu’une culture politique met du temps à se construire, surtout au gré des changements (rapides). Il faudrait enseigner une culture politique chaque année, rabâcher : réexpliquer chaque année quels sont les grands partis, quelles sont les grandes figures, c’est quoi la gauche et la droite, le fonctionnement des institutions. Je pense que les voir par-ci, par-là, de temps en temps, ne suffit largement pas. Qu’ils sont oubliés très, trop vite, voire rattraper par le temps. Bien sûr qu’il faudrait des moyens supplémentaires… mais en Seconde, peut-on ne pas abandonner une des libertés qu’on fait étudier au choix aux élèves pour distiller un peu de culture politique ? Ce ne serait pas bien grave, au contraire.

Livrer une culture politique pour entreprendre à voter

Plus l’élève a une culture politique entre les mains, plus il comprend mieux le monde. Plus celui-ci comprend mieux le monde, plus sa réflexion se libère. Adieu les pensées simplistes, le raisonnement manichéen, le manque d’arguments. Bonjour la discussion, la réflexion, le débat qui sont des moyens de s’emparer soi-même de la démocratie. Le problème de notre démocratie est l’absence de son peuple. Et quand bien même l’abstention continuerait à être aussi importante, pour peu qu’on ait élargi notre transmission de la simple question du vote, on aura fourni aux élèves une culture politique essentielle. Il est préférable que la population connaisse la politique avant de voter, que de voter sans connaître la politique. Il faut arrêter de rejeter l’abstention sur l’unique faute de la classe politique qui n’est pas morale. C’est peut-être vrai, en partie, pas totalement non plus, il y a à mon sens bien d’autres facteurs. C’est cependant prendre cela comme un prétexte pour dire qu’affermir la culture politique des lycéens ne servirait à rien. Vraiment ? C’est peut-être plus efficace d’apprendre aux élèves que si la classe politique n’est pas représentative et immorale, leur action politique peut faire changer les choses et que la future classe politique, c’est peut-être eux ?

Est-ce suffisant cependant pour combattre l’abstention des jeunes ? Non. Le combat culturel et politique et par nature long et fastidieux. Néanmoins, l’école joue un rôle primordial dans l’éducation, sur un temps court, moyen et long, de manières explicite et implicite. Les causes de l’abstention sont nombreuses : « flemme », oubli, ne pas se sentir représenté, une classe politique qui doit être dénoncée. Prendre ces causes comme prétexte pour ne pas affermir la culture politique est une mauvaise idée. Vaut-il mieux dire à un élève qu’il a raison de ne pas aller voter pour exprimer leur ras-le-bol (si telle est une véritable expression…), ou vaut-il mieux lui dire que grâce à son vote, il peut essayer de changer tout ça ? D’autant plus que le vote n’est pas le seul moyen et le seul outil d’expression politique. Certes, l’école ne pourra pas tout combattre, les enseignants ne pourront pas tout régler, mais ne vaut-il mieux pas combattre ce que l’on peut que plutôt tout abandonner ? Que souhaitons-nous impérativement : terminer le programme de manière complète et exhaustif ou lâcher un petit morceau pour former les citoyens de demain ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :