Ogrest (tome 4) à la recherche des six Dofus

Après un troisième tome bourré d’action et de révélations, Mig revient (longtemps après) avec le pénultième tome de la saga d’Ogrest, un tome de transition pour préparer le chaos final.


Ogrest (t04)


Saga :  Ogrest (en 5 tomes)

Univers : Krosmoz

Scénario : Mig

Dessin : Mig

Genre : manga seinen

Éditeur : Ankama

Sortie : juillet 2021

Pages : 196 pages

Prix : 6,95€

Résumé : La mission d’Ogrest est simple : mettre la main sur les six Dofus pour que Dathura puisse prendre forme humaine. Mais… pourquoi cette envie soudaine ? Et d’ailleurs, où est-elle encore passée ? L’ogre se retrouve précipité dans l’aventure, aux côtés de Malec, un étrange guide flegmatique envoyé par le Fratrie. Comment a-t-il pu se mettre dans un tel pétrin ? Il n’en a absolument aucune idée… La vérité, il la découvrira tout au long de cette quête qui le mène droit vers le chaos…

Note : 3.5 sur 5.

Lupa ou le bon visage de la Fratrie

On commence à le deviner : la Fratrie porte mal son nom. Cette organisation – que je trouve si classe – est parsemée de dissensions intérieures. Entre les guerres d’ego, les objectifs particuliers et communs, l’ordre hiérarchique établi : plus rien ne va dans la Fratrie. Dans ce tome 4 d’Ogrest écrit et dessiné par Mig, on en apprends beaucoup sur Lupa et son caractère si humain. Échappé d’un orphelinat aux côtés très étrange, elle rentre dans la Fratrie avec un objectif : se battre pour les plus faibles. En réalité, à mon sens, c’est elle qui incarne le plus le dessein original de la Fratrie. Toutefois, ce n’est pas elle qui dirige l’organisation. Bien au contraire même, elle est de plus en plus marginalisée ! Dans ce tome, on en apprends ainsi indirectement sur la Fratrie et ses objectifs. L’organisation se révèle de plus en plus violente et criminelle et les enjeux, ainsi que les conflits, sont tout autant d’éléments extrêmement intrigants. L’histoire de Lupa est véritablement charmante, lui fournissant une personnalité plutôt traditionnelle (la victime qui veut se venger pour faire le bien) qui permet d’expliciter les situations précédentes. Quant à la suite, j’ai hâte de voir ce qu’elle va devenir.



Ogrest : une psychologie instrumentalisée et bouleversée

Hormis Lupa, la principale histoire que l’on suit est celle d’Ogrest. Après avoir été emprisonné dans la glace, événement relaté dans le tome 3, Ogrest se voit confier une mission : s’emparer des six Dofus. Voilà donc une affaire plus qu’exceptionnelle : celle d’un être qui va réunir l’ensemble des oeufs qui portent l’équilibre du monde et qui provoquera le Chaos si connu. Le côté plutôt dommageable est la succession de forteresse qui devient rapidement lassante, au point même que les noms des Dofus ne sont même plus énumérés, remplacés par des chiffres. Quelle erreur ! Cela désacralise complètement cette quête, le pouvoir des Dofus et même les gardiens des Dofus. D’ailleurs, au début, j’ai eu extrêmement peur de voir qui étaient les défenseurs de ces différents Dofus, avant que la supercherie ne soit révélée. Une supercherie plutôt intelligente mais dont on se rend tout de même compte de la superpuissance d’Ogrest… Elle révèle également la psychologie instrumentalisée et bouleversée d’Ogrest. Le petit ogre est un être torturé, presque aux abords de la double personnalité, si attaché ou amoureux de Dathura qu’il en devient fou. Quel plaisir de revoir le tout petit Ogrest, si mignon comparé au « grand Ogrest », de voir que cet être innocent ressent encore en lui un sentiment de résistance et qu’il n’est pas devenu une unique bête acharnée, obéissante et meurtrière.

Le tome 4 d’Ogrest ne parvient pas à faire jeu égal avec le tome 3, si intense et puissant en révélations. En réalité, c’est plutôt un tome de transition qui nous apporte des histoires personnelles intéressantes et produit une quête exceptionnelle. La nouvelle mission d’Ogrest et le lieu où il doit se rendre promet un dernier tome excellent.



Ogrest : résumé du tome 4

Résumé du tome 4 d’Ogrest (spoilers) : L’enfance de Lupa et de ses frères et sœurs nous est racontée. Larentia au sein de son village s’occupait d’enfants abandonnés et nombre des siens qu’elle chérissait avec amour. Un jour, elle rencontra le dieu Sacrieur avec qui elle eut une relation. Enceinte, elle donna naissance à Lupa et mourut peu de temps après. Si elle grandissait au sein de sa fratrie aimante, l’extension du village et les intérêts immobiliers que représentait ce lopin de terre mis fin à l’œuvre de Larentia. Lupa et sa famille furent confiées de force à un orphelinat dans lequel le père Lobo dominait avec sévérité. L’orphelinat était tout sauf un refuge, un trafic d’enfant s’y effectuait et Lupa en subissait des sévices : Lopo lui procura son tatouage et lui creva un œil. Le temps passait jusqu’à ce que sa nature divine soit repérée par Écho grâce à Trumbo le Iop – repris au comte Harebourg – et son pouvoir de perception. Elle y envoya des mercenaires pour la délivrer, elle et sa famille purent fuir après s’être vengé du père Lobo dont elle porte le bandeau comme un symbole de sa lutte. La nuit passée, Lupa et sa famille rencontrèrent Echo. Celle-ci leur proposa d’entrer dans la Fratrie – l’origine divine de Lupa l’intéressait – ce qu’elle accepta. Lupa se lie à Trumbo et conclu un arrangement avec lui, sans qu’on sache lequel. Dans le temps présent, Ogrest est investi d’une quête de la part d’Echo : récupérer les six Dofus. Forteresse après forteresse, il commet des massacres dont le casque magique lui en cache la plus grande violence. C’est après les retrouvailles avec Clobard, cet Ouginak qu’il avait rencontré à Bonta et dont il a fait Ogrest son dieu, qu’il découvre que Dathura est présente à Bonta. Avant de partir chercher le dernier Dofus, Ogrest s’en va pour Bonta et y récupère Dathura, emprisonnée dans la glace et gravement blessée au ventre. Ramona les ramène chez elle, si attachée à Ogrest qu’elle lui révèle la vérité. C’est elle qui a forgé le casque. Ogrest n’a plus aucun souvenir de son passé car il a été emprisonné dans la glace pendant 132 ans. Durant ce temps, Sipho s’est transformé en Ogrest pour terroriser la population et accomplir l’objectif de la Fratrie : diminuer les dieux dans l’estime du peuple pour les affaiblir. Le tournoi à mort avait ce but de désigner qui serait la terreur. Pour Écho, une fois les nouveaux dieux installés, ils feraient revenir les âmes voguant près de l’Incarnam au sein du Monde des Douze, afin de réparer leurs sacrifices. Cependant, il fallait le véritable Ogrest et sa puissance originale pour récupérer l’intégralité des Dofus et ouvrir ainsi un portail vers les dieux afin de les remplacer. S’en allant par les égoûts de Bonta, Dathura indiqua à Ogrest l’unique personne qui pouvait la soigner : Sadida. Pour cela, il lui faut se rendre au zénith du monde des Douze afin d’ouvrir le portail. Quant à Lupa, désormais il s’agissait de fuir après avoir quitté la Fratrie, au sein du lieu le plus reculé du Monde des Douze…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :