Perdus dans l’espace (saison 3) : enfin sur Alpha du Centaure ?

Depuis le temps que je l’attendais, Perdus dans l’espace nous dévoile son ultime saison. Produit par Netflix, petit retour sur une saison que j’ai rushée.



Perdus dans l’espace (saison 3)


Réalisateur : Matt Sazama, Burk Sharpless

Scénariste : Matt Sazama, Kari Drake, Katherine Collins…

Producteur : Legendary Television, Apple Box

Acteurs : Molly Parker, Toby Stephens, Maxwell Jenkins, Taylor Russell, Mina Sundwall, Ignacio Serricchio, Parker Posey, Brian Steele

Genre : Aventure, Drame, Science-Fiction

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2021

Durée : 8 épisodes d’environ 40 minutes à 60 minutes

Résumé : La nouvelle génération, séparée de leurs parents, se retrouvent coincée sur une planète habitable mourante. Le temps presse pour fuir, tandis que les robots commandés par le SRA sont toujours à la recherche de leur moteur et du jeune Will Robinson.

Note : 3.5 sur 5.

Le voyage aura-t-il une fin ? Vive l’exploration !

Face à l’attaque des robots, les adultes et les enfants s’étaient séparés. La troisième saison de Perdus dans l’espace s’ouvre alors sur un camp aménagé par la jeune génération guidée par Judy Robinson. La planète sur laquelle les jeunes colons se trouvent se désintègre et la chute des météorites sonne le départ. Mais voilà que le titane n’est pas suffisant pour décoller. Ce voyage vers Alpha du Centaure aura-t-il une fin ? En réalité, on sait que toute l’intrigue de Perdus dans l’espace se situe dans cette impossible traversée, de la Terre à la nouvelle planète habitable. On sait aussi qu’il est impossible pour les colons de s’aventurer sur Alpha du Centaure en prenant le risque d’y amener les robots. Ainsi, le voyage ne peut prendre qu’une fin : celle de la victoire ou de la défaite face aux robots. Ce constat, Will Robinson l’a compris. Le jeune enfant qui a bien grandi – étant donné le retard pris à cause du Covid19 – démontre une témérité bien au-delà des saisons précédentes. Désormais, il fait cavalier seul et voilà qu’on perd la cohésion de groupe que j’aimais tant dans les premières saisons. En effet, les constantes séparations, le stress de ces aventures ont comme un effet de redondance qui retire du charme à la famille des Robinson qui ne travaille plus en équipe. De leur côté, les adultes qu’on voit très peu durant cette séparation d’une année tente de repartir. Le côté sympathique de cette séparation cependant : c’est l’exploration. En effet, Perdus dans l’espace nous offre toujours d’incroyables paysages, des espèces animales étonnantes (bien que cela pourrait être davantage) et des conditions météorologiques agréables à regarder. J’ai particulièrement apprécié le nouveau personnage et ses scènes dédiées que découvre Judy Robinson, surtout que c’est un acteur de Grimm que j’adore.



Enfin on sait ce que veulent les robots !

Perdus dans l’espace est un combat sans fin entre Will Robinson, son robot et les robots. Depuis le départ, on suit avec frayeur et questionnement ce conflit. Que veulent les robots ? Qui sont-ils ? On pourrait multiplier les questions et voilà que peu à peu se dessinent les réponses. Des réponses plus complètes et moins allusives que celles fournies par le Robot. J’ai bien aimé découvrir ces réponses : la lutte contre la programmation, voire la déprogrammation. Mais aussi une autre trame de l’exploration : les cités aliens, les héritages… leur langage pour lequel pourtant à la fin, on ne connait pas encore toutes les réponses. D’ailleurs, je repense à l’une des scènes finales où tous les personnages dans un mouvement héroïque, naïf et hilarant, font écouter un son au robot en l’encerclant. Il n’empêche que ces réponses ne résolvent pas tous les questionnements, d’autant plus qu’on ne connait pas le passé de cette civilisation. À ce propos, on détermine difficilement la hiérarchie. Au départ, il existait 3 robots : le Robot de Will, l’épouvantail et le SRA. Ce dernier, le SRA, qui recherche spécifiquement Will Robinson, avait au départ des traits distinctifs. Mais très vite, il se confond avec d’autres robots. Ainsi, plus on avance dans les épisodes, plus la quantité de robots augmente au point d’en oublier l’antagoniste créé. À la fin, on ne sait plus qui est le SRA, ni ce qu’il devient. Surtout, lorsque l’on regarde le reste de la civilisation robot, on se demande qui était le SRA pour les autres – si on réfléchit à la fin de la série. Est-ce un robot qui a pris son indépendance ? On comprends sans problème le désir de ces robots, il n’empêche qu’il aurait été plus passionnant d’en connaître davantage sur leur civilisation et leur passé pour mieux comprendre leur comportement et leurs idées. Pour l’instant, notre panel de connaissances est un peu trop pauvres pour en profiter au maximum.



Ma théorie se prouve, le drame se perd

Dans ma dernière chronique sur Perdus dans l’espace, je disais qu’il ne fallait pas croire aux morts tant qu’on n’avait pas vu le cadavre. Ce qui est très drôle, et moi-même j’étais très étonné, c’était que dans ce cas improbable – et d’ailleurs inexpliqué dans la série – ma théorie se confirme. Si au départ, j’aurais pu me dire être heureux de revoir ce personnage qui était si intéressant, je me suis rendu compte de ma déception au fil des épisodes. On parle d’un personnage qui apportait beaucoup pour son côté malsain et stratège. Un caractère que ce personnage perd totalement dans cette ultime saison, on se demande alors à quoi elle sert… D’autant plus que sa survie est, je le répète, totalement inexpliqué ! Comme si les producteurs souhaitaient laisser vivre le personnage à tout prix… au prix de la cohérence. Ce cas qui peut paraître isolé est général. On se rend vite compte finalement que dans Perdus dans l’espace, la série est sans enjeu. Ceux qui doivent mourir ne meurent pas. De fait, la saison 3 de Perdus dans l’espace est beaucoup moins angoissante que les autres car on sait que ça ne peut que se terminer bien ! La série SF perd de son dramatique, et c’est grave !



Mon ressenti global

En réalité, je me suis moins amusé globalement en regardant cette saison de Perdus dans l’espace, bien que je l’ai dévorée en deux jours. Je n’ai pas ressenti les mêmes sensations que dans les deux premières saisons : la cohésion était moins présente, l’intelligence était moins utilisée, le dramatique a perdu sa place. Si les énigmes se résolvent en grande partie, laissant ses quelques mystères passionnants, et si l’exploration est toujours magnifique avec quelques moments d’émotion, la saison 3 de Perdus dans l’espace est tout à fait satisfaisante. Cependant, pour une ultime saison d’une série que j’adore, j’aurais bien aimé encore plus en profiter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :