Le renard de Morlange : un condamné repenti

Dans la région de Metz au XIVe siècle, le sire de Morlange n’est pas le plus aimable et courtois. Autoritaire envers sa femme et ses sujets, pilleur et meurtrier. C’est en voulant se frotter à un ermite qu’il fut condamné : chaque nuit de pleine lune, le sire de Morlange se transformera en renard tant qu’il ne s’est pas repenti. Une histoire charmante.


Le renard de Morlange


Auteur : Alain Surget

Éditeur : Nathan

Genre : Roman jeunesse ; Fantastique

Sortie : 2005

Nationalité : Français

Pages : 128 pages

Prix : 5,20€

Résumé : Violences, humiliations : rien n’arrête le cruel comte de Morlange. Jusqu’au jour où un curieux vieillard lui prédit que, s’il ne change pas sa conduite, il sera transformé en jeune renard les nuits de pleine lune…

Voir la chronique de la BD

Note : 3.5 sur 5.

Vivre dans le monde d’en bas pour connaître les privilèges d’en-haut

Alain Surget, habitant Messin où se déroule l’histoire, nous propose un court et charmant roman jeunesse dans Le renard de Morlange. Habituellement lu dès le collège, cette histoire fait dans la simplicité sans oublier un brin de réflexion. Dans la région de Metz, le sire de Morlange n’est pas le plus sain et le plus gentil des seigneurs. Caricaturalement, il endosse quasiment toutes les cruautés et les vils défauts, notamment son autoritarisme et son manque d’empathie. Un jour, il a souhaité s’en prendre à un ermite qui vivait sur ses terres sans lui rendre d’impôts. Mal lui en fut, il ne faut jamais s’en prendre à ces gens mystérieux dans les forêts. Ne voulant se repentir devant l’homme fidèle à Dieu, le sire de Morlange est maudit. Chaque mois, à la pleine lune, il se transformera en renard. D’abord effrayé, la découverte de ce nouveau monde l’intéresse. Il apprend ce qu’est d’être un renard, à mouver son corps, la vie dans la forêt. Il apprécie jusqu’à ce qu’il se rende compte de toute la difficulté que vit le monde d’en bas lorsqu’il fait front aux hommes, chassant d’un mauvais œil cet animal sauvage et nuisible. C’est là où l’histoire prend tout son intérêt. Loin d’une repentance simpliste par de simples mots, c’est son aventure qui est la repentance elle-même. C’est en incarnant le monde d’en bas qu’il en connaît les difficultés et prend du recul sur ses privilèges et ses actions. Une histoire intéressante pour les enfants, mais toute aussi actuelle pour les adultes, à l’heure où la déconnexion des élites vis-à-vis du peuple français est régulièrement rappelée. On apprécie également cette ambiance rurale du Moyen-Âge, en prime des mots de vocabulaire de l’époque sont annotés et expliqués, de quoi enrichir la parole.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :