Grimgar, l’isekai qui prend son temps

Il y a un isekai qui a pris le contrepied de tous ceux que j’ai vus : Grimgar. En misant sur des aventuriers au combien mauvais, Grimgar a pris le soin de proposer une jolie épopée qui sait prendre son temps.



Grimgar (anime)


Scénariste : Ao Jumonji

Dessinateur : Eiri Shirai

Réalisateur : Ryôsuke Nakamura

Studio d’animation : A-1 Pictures

Compositeur : Know Name ; Ryuuta Iida

Genre : Isekai Heroic Fantasy

Date de sortie : 2016

Nombre d’épisodes : 12 x 25 minutes

Synopsis : Haruhiro se réveille sans savoir qui il est, où il se trouve et d’où il vient. Il en va de même pour tous ceux qui l’entourent. Avec cinq d’entre eux, il forme un petit groupe de mercenaires débutants et se lance à l’assaut de cet univers aux allures jeu vidéo nommé Grimgar.

Note : 4.5 sur 5.

Grimgar et la réalité des épreuves : une progression des héros

Dans Sword Art Online ou Isekai Cheat Magician, les deux isekai que j’ai vus, le héros est extrêmement puissant, comme souvent dans le genre. Avec Grimgar, c’est tout une autre expérience. Un groupe d’humains est transporté sans que l’on ne sache comment et sans souvenirs dans un monde inconnu, semblable à un RPG. Ceux-ci pour survivre et gagner leur vie se constituent en équipe. Parmi elles, la nôtre est composée de membres vraiment faibles. En effet, dès les premières images, notre groupe se retrouve en grande difficulté face à la plus faible des créatures : un gobelin. Ainsi, au fil des épisodes, nous découvrons une équipe qui doit apprendre à s’organiser, à combattre, à découvrir les points faibles des monstres. Derrière, il y a une réalité de l’épreuve, et chaque personnage fait preuve d’une progression intéressante. C’est ce que j’ai beaucoup aimé dans Grimgar. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu besoin de développer un LORE géant pour nous immerger dans le monde. Un simple extrait – avec quelques zones et quelques créatures plus ou moins fortes – suffisamment développé a suffi pour me plaire. D’ailleurs, dans ces épreuves que doivent affronter notre groupe, j’ai beaucoup aimé l’intrigue avec la traumatisée Merry : un autre obstacle majeur à franchir à la fois individuellement et collectivement. Bien que le monde ne soit pas plus développé, il n’y en a pas besoin : il y a cet intérêt à imaginer la suite de leurs aventures.



Entre action et émotion : Grimgar prend son temps

C’est une façon de prendre son temps. À ce sujet, Grimgar est excellent et est un bol d’air frais. En effet, l’animé n’a pas eu besoin pour se révéler intéressant de bourrer l’action. Au contraire même, l’animé sait prendre son temps notamment pour les scènes d’émotion qui sont régulières et marquantes, le tout dans un style aquarelle admirable. Parfois, de longs silences s’imposent, mais s’imposent bien. Ces silences sont accompagnés de musiques, de pluie, d’une ambiance. Non pas seulement pour pleurer un camarade, mais ne serait-ce que pour le meurtre d’un ennemi, doué lui aussi de sensibilité. La sensibilité imprègne Grimgar et se lie aux épreuves : ce monde est dangereux, autant pour les hommes que pour les créatures. Voilà bien une chose qui m’a marquée agréablement. Cela convient est très cohérent avec la réalité des épreuves affrontées par nos héros dans Grimgar : là aussi, on sent qu’il y a une réalité des choses, les personnages sont écrits et restent humains. On regrettera cependant que sur les scènes d’action, hormis les actions de magie, un défaut d’animation dans la fluidité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :