Le sens de Boruto se dévoile (Arc des examens Chunin)

Après près de cinquante épisodes, l’intrigue principale de Boruto pointe le bout de son nez. Mais l’exercice précédent n’était pas vain, il a permis de poser les bases d’une histoire et d’une émotion dont la puissance est réservée à l’œuvre de Kishimoto.


Boruto (Arc examens Chunin)


Arc : Examen Chunin

Épisodes : 49 à 63

Auteurs : Ukyo Kodachi (scénariste), Noriyuki Abe (réalisateur)

Production : Studio Pierrot

Genre : animé, shonen

Résumé : Les examens Chunin approchent. Malgré ses réticences, Boruto accepte de s’y présenter. La peur de perdre le pousse à faire de mauvais choix après pourtant un entrainement de plus en plus rude. Mais avant son sermon, les ennuis approchent, à grand pas et le village se retrouve en danger.

Ma note de l’arc :

Note : 4.5 sur 5.

L’effort de lutte : entre l’inné et l’acquis

Dans ma chronique précédente, j’écrivais que Boruto m’intriguait. Comment un personnage semble-t-il sans défaut pouvait être le centre d’un shonen, découlant de Naruto ? Mon scepticisme a été mis à l’épreuve durant l’arc de l’examen des Chunin, et il s’est même envolé. Le gros problème de Boruto, c’est sa confiance en soi. Il a beau être intelligent et doué, disant toujours combattre le titre de « fils du Hokage » et prouver sa valeur à son père, son combat s’est révélé être son pire défaut. D’abord, Boruto est résigné à se laisser jeter dans l’encre lors de la première épreuve de l’examen : contrairement à Naruto, il abandonne rapidement. En deuxième lieu, étant fils du Hokage, déjà doué et hautain, Boruto ne laisse aucune place aux efforts. Il pense que tout est inné. C’est l’image que l’histoire nous renvoie à travers les vêtements de Boruto : toujours propres et bien habillé. Aucun signe d’effort : le travail, c’est à la sueur de son front et ça salit. Enfin, il est si aveuglé par le manque d’amour de son père qu’il n’a plus aucune confiance en lui derrière cet air de fanfaron, au point qu’il se met même à tricher dans les examens. C’est là l’un des premiers sens de l’histoire de Boruto. Il consiste à promouvoir l’effort, la lutte plutôt que l’inné ou la triche. Une valeur très nippone qu’on retrouvait déjà à travers la rivalité Naruto-Sasuke mais ici décuplée à l’infini. En effet, les Ôtsutsuki sont la représentation de l’inné. Non seulement par leur filiation mais aussi par ce qu’ils recherchent : des drogues de Chakra trivialement. En pleine période des Jeux Olympiques, il est totalement acceptable de faire un rapprochement entre le véritable effort et le dopage. Et ici, l’effort est valorisé, et il doit vaincre l’ennemi.


C’est à ce moment précis que #Boruto prend son sens.

Originally tweeted by Les_Chroniques_de_Jeremy_Daflon (@Blog_de_Jeremy) on 29 juillet 2021.


L’expiation de ses fautes : une symbolique forte

Boruto a triché et il l’a payé. Il en a surtout souffert. Non seulement, il a trahi ses amis. Il a également trahi son village et lui a fait honte. Il a déçu son père et il s’est vu retirer son bandeau, par le Hokage et en public, dans l’arène, devant sa mère et sa soeur et les quatre autres Kage. Si je décris la scène, c’est parce qu’elle est forte et permet d’appréhender le second sens de Boruto. Après la disparition de son père, le disciple de Sasuke se met à réfléchir. Il comprend la réflexion de son père Naruto. Il fait pénitence. Le choc que lui a produit sa disqualification remet en question ce jeune adolescent sûr de lui en apparence, démontrant pleinement qu’il n’a pas fait les efforts qu’il fallait. La symbolique du blouson de Naruto qu’il revêt est toute trouvée, plutôt que d’affronter son père, il va suivre ses traces. C’est en sauvant son père et en faisant preuve de courage et de valeurs qu’il reviendra un shinobi. Le bandeau rayé que lui remets Sasuke, empreint de mémoire, représente cette idée. Boruto, rayé par son père lui-même de l’ordre des ninjas, doit expier ses fautes et faire repentance à travers cette quête, aux côtés des plus puissants ninjas qui lui serveront sans doute de modèle.

Des examens secondaires

On le comprend rapidement, les examens Chunin sont secondaires. À vrai dire, en soi, ils sont quasiment inintéressants si ce n’est pour découvrir de nouvelles têtes. Ils servent surtout à mettre en perspective lors d’un tournoi officiel cette lutte entre l’effort et la tricherie, que représentera plus sérieusement le combat entre les ninjas de la Terre et les Ôtsutsutki. Honnêtement, je suis bien heureux de la tournure que Boruto prend, j’apprécie beaucoup et j’en attends beaucoup de cette quête. Les examens Chunin se complaisaient dans des combats sommaires, sans grande élégance et puissance. Ce qui m’inquiétait d’ailleurs était le manque de ninjas intéressants. Dans Naruto et Boruto, les personnages principaux ont toujours un character design qui dépasse largement les figurants. À vrai dire dans ces examens, seul le fils adoptif de Gaara et ses coéquipiers sont intéressants. Le mystère entourant Mitsuki est de plus en plus sombre également, quel intérêt cela m’éveille ! Finalement, les examens de la saga Naruto m’avaient davantage marqués. Mais, en fait, devrais-je être étonné de la tournure qu’ils ont pris ? Aux examens, il se passe toujours des merdes, pour notre plus grand plaisir.


Cette OST est toujours aussi épique
#BORUTO

Originally tweeted by Les_Chroniques_de_Jeremy_Daflon (@Blog_de_Jeremy) on 29 juillet 2021.


Un combat stupéfiant

Après avoir écrit cette chronique, j’ai relancé Boruto et j’ai enfin revis un vrai combat. Je ne sais pas si le studio Pierrot s’est modernisé en animation mais le duo Naruto-Sasuke contre Momoshi du clan Ôtsutsuki est juste une dinguerie. Surtout, quel bonheur de revoir deux personnages qu’on n’a connus novice avec aujourd’hui une telle puissance ! L’animation est vraiment superbe, les techniques de combat sont extraordinaires : dans la séquence ci-dessous, j’ai tellement été ébloui et surpris en deux minutes record. À côté, Boruto a tellement de travail à faire pour les rattraper, même s’il fait preuve d’une grande capacité. Son Rasengan m’a l’air très impressionnant et l’intrigue qui tourne autour de lui est pour le moment mystérieuse à souhait. Quel dommage que le scientifique vienne tout gâcher plusieurs fois dans cet arc, surtout pendant le combat contre Momoshi : comment déjà ce mec a pu rentrer dans cette dimension et d’où il sort comme ça ? Après un combat de dingue, il vient faire une merde pas pareil. Probablement un prétexte pour mettre en scène Boruto dans le combat, pour le finish… Mais c’est mal joué.


MAIS C’EST QUOI CETTE DINGUERIE ? #BORUTO

Originally tweeted by Les_Chroniques_de_Jeremy_Daflon (@Blog_de_Jeremy) on 29 juillet 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :