Yellowstone en plein hiver

Arte diffuse une série documentaire sur le premier parc national du monde : le parc de Yellowstone. Un parc qui m’a toujours fasciné car pionnier, mais aussi loin des hommes, d’un certain exotisme et avec une nature puissante. Le premier de cette série de quatre épisodes nous présente un Yellowstone en plein hiver. Une vie animale difficile face aux prédateurs et à la fureur de la nature. En effet, l’hiver et le blizzard sont mis en exergue comme facteur de mortalité, d’isolement et d’appauvrissement des proies. De multiples espèces animales qui doivent y survivre nous sont montrées : le lynx à la recherche de sa proie, une famille de loutres qui se sépare à cause du blizzard, un coyote chassant les rongeurs tout comme le renard roux, les bisons qui migrent vers les terres plus chaudes, les loups qui les guettent, quelques images sur l’hermine et des charognards. Le documentaire propose une photographie vraiment magnifique, les scènes de chasse sont prenantes et la voix-off est entraînante, témoin et actrice de la dangerosité de l’hiver que le documentaire souhaite nous montrer. Pour les âmes sensibles, le documentaire épargne les mises à mort des animaux, si ce n’est des rongeurs. D’une durée de 44 minutes, le documentaire américain réalisé par Thomas Winston en 2019 est disponible jusqu’au mois d’octobre 2021, jetez-vous dessus !



Synopsis : Sur les rives gelées de la rivière Madison, au cœur du parc américain de Yellowstone, un lynx se tient en embuscade, prêt à bondir sur un canard imprudent. Mais en cette période glaciale, l’importante couche de neige a raison de l’agilité du félin. À Yellowstone, plus qu’ailleurs, l’hiver est la saison de tous les combats pour la faune sauvage. Pendant plus de la moitié de l’année, les températures polaires et un épais manteau blanc s’abattent sur l’immense territoire de près de 9 000 kilomètres carrés. Si la migration et l’hibernation offrent un peu de répit à certains animaux, comme le grizzli, d’autres, à l’instar des hermines, des wapitis ou des bisons, doivent esquiver les pièges mortels des congères et ruser pour se nourrir. Des conditions extrêmes que le plus ancien parc naturel au monde, créé en 1872, doit à sa géographie physique unique. Adossé aux montagnes Rocheuses, dans le nord-ouest des États-Unis, Yellowstone enferme en son sein, à plus de 2 000 mètres d’altitude, l’un des plus vastes supervolcans de la planète. Ses éruptions, dont la dernière remonte à environ six cent mille ans, ont sculpté un saisissant paysage, parsemé de sources d’eau chaude, de fumerolles et de mares boueuses.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :