Le prince-consort au Royaume-Uni et aux Pays-Bas : Philip, Claus et Albert

À l’occasion de la mort du prince consort Philip et époux de la reine Elizabeth II le 9 avril 2021 à 99 ans, Arte republie son documentaire sur la figure du « Prince consort ». Celui-ci ne parle pas uniquement de Philip mais également du prince Albert, l’époux de la reine Victoria et plus étonnamment, de Claus, époux et prince consort de la reine Beatrix aux Pays-Bas. Réalisé par Julia Melchior, le documentaire diffusé sur Arte pose la problématique suivante : qui sont et que font ces hommes de l’ombre que sont les prince-consorts ? À travers l’analyse d’Albert, de Claus et de Philip, des points communs transversaux se dessinent.

D’abord, l’idée qu’un prince étranger n’est pas aimé de la Cour et de la population. En effet, Philip était considéré comme un officier de marine coureur de jupons. Membre de la famille royale grecque et descendant d’une mère allemande, sa naturalisation ne masquait pas son origine étrangère qui ne plaisait pas, malgré son mariage en 1947 avec Elizabeth qu’il a rencontré en 1939 lorsque Georges VI était en visite avec son épouse et ses deux filles au Britannia Royal Naval College de Dartmouth en Angleterre. Claus quant à lui était détesté. Après la Seconde Guerre Mondiale, il régnait aux Pays-Bas un énorme sentiment anti-allemand, d’autant plus que Claus avait servi dans la Wehrmacht. Lors de son mariage avec Beatrix, des émeutes eurent lieu. Le prince Albert n’était pas aimé de la Cour car il était un homme « qui savait tout ».


Le prince Philip

Le second point est que le prince-consort est un « homme de l’ombre » qui épaule la reine, aux sensibilités souvent sociales et progressistes. Ainsi, le prince Albert développe à la reine Victoria l’idée d’une politique sociale à travers la création d’un réseau d’éducation et de logements sociaux connectés à des voies d’eau et d’évacuation des eaux usées. Claus a beaucoup œuvré dans la politique d’aide au développement des Pays-Bas en particulier pour l’Afrique jusqu’en 1974. Tout comme Philip a plus de 800 patronages à son actif. Une hypothèse est produite : y a-t-il une influence du prince Albert ? En tout cas, l’homme de l’ombre est visiblement puissant car la monarchie a chaque fois est en crise, et le prince-consort aide la reine à restaurer l’image.


Le prince Claus

Le troisième point, sans doute le plus appuyé et le plus tranché, est que le prince-consort est avant tout un homme mis sur la touche, affectant également la vie familiale. Dans un monde où les hommes dominent et commandent, lorsque c’est la reine qui a la main, l’homme semble-t-il souffre. Le prince Albert avait des disputes avec la reine Victoria qui faisait passer le royaume avant son mari et ses enfants, mis à part lors de ses grossesses. Claus qui a été éloigné des initiatives déjà précaires qu’il pouvait en matière de développement car il servait ses propres intérêts politiques est tombé en dépression. Enfin, Philip qui pour les intervenants (journalistes et écrivains) a eu une carrière brisée étant donné sa soumission et son devoir vis-à-vis de sa femme, mais également reine et suzeraine, Philip a eu une dispute conjugale avec Elizabeth concernant le nom de famille de leurs descendants, aboutissant à un compromis où les deux noms sont associés.

Pour l’historien Patrick Weber, le prince-consort est un « figurant royal », et la monarchie réussit grâce au mariage épanoui et heureux.


Le prince Albert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :