Hex de Thomas Olde Heuvelt, un roman de frissons

Imaginez-vous être dans votre chambre la nuit. Déshydraté, vous sortez pour vous servir un verre d’eau. Une atmosphère oppressante vous entoure, au fur et à mesure de vos pas. Des bruits de chaînes. Vous allumez la lumière, et vous la voyez. Katherine van Wyler, la sorcière de Black Spring. Yeux et bouches cousus, elle est là. Elle ne bouge pas… et elle ne bougera pas. Vous passerez la nuit sans aucun danger, mais avec une sorcière vieille de quatre siècles dans votre cuisine. Voici Hex de Thomas Olde Heuvelt, un roman qui m’a fait frissonner !


– Les années passent, et elle reste plantée là, comme un ours enchaîné, en hibernation. Mais dès qu’on s’approche d’un peu trop près…

Thomas Olde Heuvelt, Hex.

Couverture française du roman Hex de Thomas Olde Heuvelt édité par Bragelonne.

Hex


Titre : Hex

Auteur : Thomas Olde Heuvelt

Éditeur : Bragelonne

Genres : Horreur, Fantastique

Sortie : 2017 en France, 2013 aux Pays-Bas

Traduction : traduit de l’anglais, lui-même traduit du néerlandais

Pages : 382 pages

Prix : 20€ (Bragelonne), 8.70€ (Poche)

Résumé : Thomas Olde Heuvelt a connu le succès avec Hex. Dans la petite ville de New Beek, tout le monde connaît Katherine van Wyler. Alors que son enfant est mort, quelques jours plus tard les habitants de New Beek le voit courir dans les rues. Les rumeurs s’emparent de l’affaire. Les habitants forcent Katherine à tuer son monstre impie, ou à perdre son deuxième enfant. Les mains couvertes de sang, la dénommée sorcière est lynchée et jetée dans les bois. Quatre siècles plus tard, tout le monde connait Katherine. C’est une sorcière aux yeux et à la bouche cousus qui rôdent dans les rues et dans les maisons de la nouvelle Black Spring. Son chuchotement mortel interdit de s’en approcher, telle est la loi du Décret d’exception. Personne ne peut quitter Black Spring sans se risquer à la mort. L’agence de l’HEX est là pour faire respecter la loi. Mais la nouvelle génération, exaspérée de porter un si lourd fardeau qui les empêche de quitter la ville et de découvrir le monde, souhaite mettre au jour l’existence de la sorcière.

Note : 4.5 sur 5.

Je ne pensais pas pouvoir avoir peur en lisant

Je n’ai jamais ouvert un livre d’horreur. Le genre ne m’avait jamais réellement tenté. On ne m’a jamais raconté une histoire au coin du feu. Écouter et avoir peur n’était qu’un truc pour enfant. Comment des mots sur du papier pouvaient-ils m’effrayer ? En voyant l’e-book dans ma bibliothèque numérique, le résumé d’Hex me tenta bien, d’autant plus que livre semblait avoir été validé par Stephen King, j’ai de suite pensé que c’était là une bonne opération. Je dois dire que la surprise fut bonne. Peut-être que le mot « peut » est légèrement poussé, mais Hex m’a réellement fait frissonner avant tout par l’ambiance que le néerlandais Thomas Olde Heuvelt a placée. L’immersion était prioritaire, d’autant plus que c’était un format e-book. Chaque soir, plongé dans le noir et dans le silence, je défilais les pages. Et plus j’avançais dans l’histoire, plus je défilais. Jusqu’à la dernière page.

Black Spring et Katherine

Hex prend son nom de l’agence chargée de surveiller Katherine. Katherine van Wyler est une femme néerlandaise arrivée durant le XVIIe siècle au Nouveau Monde. La vieille femme fut accusée de sorcellerie quand les villageois de New Beeck ont vu son fils mort courir dans les rues de la ville. Depuis, elle hante les rues de la rebaptisée Black Spring, entrant à sa guise chez les gens. Katherine n’est jamais sorti de Black Spring, et quiconque entre dans Black Spring n’en ressort jamais. Thomas Olde Heuvelt dans Hex nous raconte alors la vie de ces villageois et de leur charmante compagnie. Les traumatisés Holst, la famille Grant, les membres de l’agence Hex ou encore les nouveaux venus Delarosa et les voisins Vandermeer. Une galerie de portraits superbement bien dressés qui chapitre après chapitre nous racontent leurs péripéties. Au centre d’entre elles, bien évidemment Katherine. Black Spring se fiche des lois internationales, seul compte le Décret d’exception afin de vivre en harmonie avec Katherine et ne pas reproduire les erreurs du passé. Parmi les mesures prises, l’interdiction de s’en approcher… Ses yeux et sa bouche cousus ne le sont pas pour rien. Et c’est sous cet aspect que Katherine est effrayante. Thomas Olde Heuvelt nous effraie par l’ambiance qu’il crée dans Hex. Dès que Katherine était présente, je ressentais aussitôt une oppression et une angoisse. Tout comme les habitants de Black Spring qui vivent depuis des années, parfois depuis leur naissance avec Katherine mais ne s’y sont toujours pas habitués. Derrière des profils quelque peu étranges, c’est tout un village auquel on s’attache.

Elle s’est vengée. Comment en vouloir à Katherine ? Nous avons tué ses enfants, nous l’avons pendue, nous lui avons cousu les yeux, merde ! Qui ne se mettrait pas en rogne après ça ? Mince, pourquoi « nous » ? Je deviens parano. Je craque. Tout fout le camp. Petit retour à la réalité : SES YEUX DOIVENT ABSOLUMENT RESTER FERMÉS. Après trois cents ans de pouvoirs refoulés, elle explosera comme une supernova.

Thomas Olde Heuvelt, Hex.

Une représentation fidèle de Katherine van Wyler du roman Hex.

Des jeunes et leur soif de liberté à Black Spring

Si Black Spring vit avec ce fardeau depuis des siècles, que se passe-t-il pour qu’une histoire nous soit contée ? C’est un peu comme mai 68 finalement. Les jeunes adolescents de Black Spring n’en peuvent plus de vivre avec ce qui les prive de leur liberté. Katherine ? L’Hex ? En tout cas, toutes ces lois liberticides qui les empêchent de publier et de diffuser ce qu’ils veulent, de voir les gens qu’ils aiment, de partir découvrir le monde. Le projet OLY est monté… Il contrevient à beaucoup de lois du Décret d’exception il faut se le dire. Alors même que les parents de ces jeunes pour la plupart siègent au Conseil et que chacun sait ce qu’il risque.

Une violence terrible(ment) clichée ?

Hex est un concept qui utilise des ingrédients pour la plupart basiques mais qui se marient très bien entre eux pour nous livrer une histoire dans un cadre atypique… quelque peu typique. Par là, j’entends le recours à de vieilles légendes dignes du passé toujours omniprésentes dans l’esprit des populations présentes. À cela s’ajoute l’esprit « village » où tout le monde se connait, une unité urbaine plutôt petite avec des forêts aux alentours. Une Église et des croyants – même s’ils ne le sont pas tous. Et des lois… originales pour notre époque. Ce village confiné est un monde dans un monde, l’irréalisme de la chose est contrebalancé par le fait que le contact avec le monde existe bien. Black Spring est dans un dôme, mais dôme ouvert et filtré. Des bases solides qui produisent une histoire qui reste pour moi originale et superbe. Une histoire tout de même violente, et tristement violente. Il y a des scènes qui ont été marquantes, même je dirais déchirante. D’autres pour lesquelles je ne pensais pas que ça allait se produire, ou même imaginer que l’on puisse écrire cela. La violence contre les enfants est généralement évitée dans les œuvres visuelles, je ne m’attendais pas à ce que Hex y recourt autant je l’avoue. Outre la violence physique, il y a beaucoup de violence psychologique, autant pour les personnages que pour nous. C’est assez malsain mais c’est ce qui fait le charme de l’histoire de Thomas Olde Heuvelt.

Il y eut ceux qui se tranchèrent les veines ou avalèrent le contenu de leur armoire à pharmacie. Bien que la possibilité que ce jour finisse par arriver ait toujours été présente à l’esprit même des plus naïfs, personne ne savait à quoi s’attendre. Mourir sans avoir à le découvrir leur sembla préférable que de vivre pour l’apprendre.

Thomas Olde Heuvelt, Hex.

Une histoire intelligente

Thomas Olde Heuvelt ne s’est pas contenté de l’horreur dans Hex. Oh bien que non. L’histoire d’après lui a été remaniée pour la version anglaise – celle que j’ai lue – il a notamment transformé la fin. Une fin véritablement intelligente qui nous impose la réflexion. Ce que je trouve puissant, c’est tout de même le gouffre qui s’impose à nous entre notre position au début de l’histoire et à la fin. Je le dis à demi-mots pour ne spoiler les futurs lecteurs et ceux qui l’ont déjà lu sauront sans doute de quoi je parle. Mais finalement, nous sommes un peu les sujets d’expérience au même que les habitants de Black Spring, notre vision des choses est semblable étant donné que nous n’avons pas été maître des mots. Quant à la toute fin d’Hex, comme à mon habitude, cette fin en demi-teinte m’embête car elle amène bien trop de mystères auxquels nous n’aurons jamais les réponses.

Une série pour Hex ?

On nous dit depuis 2017 que la Warner réfléchirait à une série sur le roman Hex. Mais après quelques recherches, je n’ai trouvé aucune information à ce sujet. Pourtant, un film ou une série horreur serait facilement proposable.

Quelques petits trucs sur Hex

  • Le roman est originalement en néerlandais. Pour son adaptation en anglais, Thomas Olde Heuvelt qui connait bien la langue l’a réécrit en modifiant des éléments dont la fin.
  • Si vous tapez « Hex color » dans Google, une palette de couleurs apparaîtra. Aucun rapport avec le roman, mais c’est drôle non ?
  • Katherine van Wyler est référencée sur le Villain Wiki !

Jérémy Daflon.

4 commentaires sur “Hex de Thomas Olde Heuvelt, un roman de frissons

Ajouter un commentaire

  1. Alors je suis complètement à l’ouest mais je pensais que ce roman était à l’origine de la série Hex la Malediction mais je vois que non et du coup ça me donne envie de tenter l’expérience car je ne lis que très rarement ce genre littéraire.

    Merci pour la découverte.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :