DANGER WILL ROBINSON : parlons de la saison 2 de Perdus dans l’espace !

Dans mon premier article, je titrais mon impatience d’une deuxième saison de Perdus dans l’espace (Lost in Space). Mais comment dire que j’attends encore plus impatiemment, comme jamais auparavant j’ai l’impression, une troisième saison ?



Titre : Perdus dans l’espace (Lost in Space), S2

Réalisateurs : Matt Sazama, Burk Sharpless

Acteurs : Molly Parker (Maureen Robinson), Toby Stephens (John Robinson), Max Jenkins (Will Robinson), Taylor Russell McKenzie (Judy Robinson), Mina Sundwall (Penny Robinson), Ignacio Serricchio (Don West), Parker Posey (Dr Smith), Brian Steele (Robot)

Genres : Aventure, Drame, Science-Fiction

Sortie : décembre 2019

Saisons/Episodes : 2 saisons – 20 épisodes (bientôt 3)

Résumé : Séparée du Résolution, la famille Robinson cherche à survivre seule dans l’univers. Mais les conditions imposent un départ qui semble impossible. La colonie d’Alpha du Centaure serait-elle finalement un rêve inaccessible ?


La tension monte

Le trait principal de la deuxième saison de Perdus dans l’espace est probablement cette montée de tension. Des tensions pour revenir à bord du Résolution, pour repartir vers la colonie d’Alpha du Centaure, pour réintégrer l’ensemble de la communauté et ce avec le Robot qui les a attaqué. Et surtout, ce sont les secrets qui se révèlent, les réponses qui se dévoilent. Cette saison ne s’arrête pas et la famille Robinson doit affronter de nouveaux défis, des séparations et le danger… Finalement, vont-ils enfin atteindre la colonie d’Alpha du Centaure ?

Des robots à la conscience humaine ?

Sans doute l’un des points les plus intéressants intellectuellement de Perdus dans l’espace est cette frontière de plus en plus poreuse entre la prétendue non-conscience et barbarie du Robot et ses émotions, son apprentissage, son rapport évolutif vis-à-vis de son environnement. Cela me fait penser au film A.X.L avec ce chien-robot à la conscience animale. Cette évolution bouleverse quelques péripéties. Surtout, elle donne une dimension plus présente et active à ce personnage qui est au centre de l’histoire. Si dans la première saison, il était menaçant et un peu passif, son rôle devient déterminant. Encore beaucoup de mystères l’entourent, et j’espère qu’il y aura beaucoup de révélations dans la saison prochaine.



Artistiquement beau

La saison 2 de Perdus dans l’espace nous fait voyager. On quitte une première planète pour se retrouver en plein milieu d’un océan, dans un désert, dans un nuage de gaz avec des espèces animales et végétales vraiment bien travaillées, aux connotations terrestres mais avec une pointe de fabuleux et de danger accru pour s’opposer à l’hyper-intelligence et entraînement de nos protagonistes.

Note : 4.5 sur 5.


Partie spoil

Une scène oppressante

L’une des scènes les plus marquantes de cette saison 2 de Perdus dans l’Espace, c’est celle des robots figés à bord du Résolution grâce à la stratégie mise en place par Maureen. Plus encore, quand Maureen et le dr. Smith reviennent, elles voient que ces robots faits de métal ont bougé et bougent encore. Cette scène est oppressante et c’est un sentiment que j’ai très rarement vécu mais qui me fait dire que la réalisation est superbement bien réussie.

J’ai versé une larme

Je suis assez émotif. Perdus dans l’espace nous montre une famille Robinson unie, soudée, où les coups bas n’existent pas, seule l’intelligence et la solidarité priment. C’est particulièrement dans les moments de tension, comme celui de la séparation entre adultes et enfants, et par conséquent de la famille Robinson, que cette union fait resurgir notre émotion. Bref, j’ai versé une larme à cette scène.



C’est vraiment arrivé ?

Perdus dans l’espace se fait le malin plaisir de nous faire croire que tel ou tel personnage va mourir sans qu’il ne meurt finalement, et même pour les personnages secondaires. Ceci dit, pour une fois, c’est vraiment arrivé et pas à n’importe qui. Je détestais le dr. Smith et pourtant sa mort me dégoûte parce qu’elle apportait tant à la série. Maureen – qui ne semblait d’ailleurs pas trop triste – le résumait elle-même : le dr Smith nous a toujours surpris. Mais il est vrai que sa fin reste logique. Vingt épisodes de manipulation dansait sur le fil de la redondance. Deux choix s’offraient alors : la faire changer véritablement, ce qu’elle a tenté de faire mais la confiance était trop rompue entre elle et les autres, ou la tuer avec un acte ultime, ce qu’elle a finalement fait notamment pour sa propre conscience. Néanmoins, je m’accroche à l’espoir que tant on n’a pas vu le corps, on ne peut pas dire que le personnage est mort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :