Printemps noir, Cuba après la révolution

Vous avez forcément entendu parler de la révolution à Cuba et toute cette mythologie autour du Che sous le commandement de Fidel Castro renversant le dictateur Batista en 1959. Printemps noir relate une partie de l’histoire beaucoup moins connue : celle de l’ère post-révolutionnaire et de la censure, de la répression.


Titre : Printemps noir

Sujet : Cuba après la Révolution

Auteurs : Alejandro Gonzalez Raga (témoignage), Thomas Humeau (dessin), Maxence Emery (scénario)

Sortie : juin 2013

Éditeur : La boîte à bulles

Prix : 17€

Résumé : Après son arrestation en 2003 lors du « printemps noir » et des années en prison, Alejandro Gonzalez Raga s’exile en Europe et raconte aux journalistes son enfance et sa vie de militant pour les droits de l’Homme dans la Cuba post-révolutionnaire.


Témoignage d’un révolutionnaire contre-révolutionnaire

Printemps noir est l’histoire d’un prisonnier politique à Cuba. Thomas Humeau au dessin et Maxence Emery au « scénario » racontent l’histoire d’Alejandro Gonzalez Raga d’après son témoignage. Enfant lors de la révolution cubaine, abreuvé d’une propagande révolutionnaire avant une carrière dans l’armée, il réussit à devenir mentalement indépendant et surtout vigilant vis-à-vis des fidèles de Castro qui surveillaient ceux qui étaient hostiles à la tournure que prenait la révolution. Cuba, sous la pression de l’embargo américain, de la crise économique, d’une instabilité gouvernementale et probablement d’une certaine paranoïa, redevenait à nouveau un gouvernement autoritaire. Les libertés étaient restreintes, la population ne s’entraidait seulement si elle était politiquement unie, et les forces de l’ordre surveillaient en permanence ceux qui les dérangeaient. Alejandro Gonzalez Raga, attaché à son pays et aujourd’hui déraciné par son exil, défendait l’idée d’un pays plus libre et mena sa vie à combattre le régime de Fidel Castro. Emprisonné lors de la rafle du « printemps noir » en 2003 lorsque le monde avait les yeux rivés vers les États-Unis lancés dans leur nouvelle guerre contre l’Irak, Alejandro Gonzalez Raga était considéré comme une menace politique sérieuse par le gouvernement, notamment à cause de ses activités journalistiques, militantes et pacifiques, pour la défense des droits de l’Homme et ses relations avec des journalistes étrangers. Ce qu’on peut relever de pertinent dans cette bande-dessinée, c’est l’utilisation d’archives photographiques insérées comme illustrations des propos racontées. En tant que licencier d’histoire, non seulement c’est un plaisir propre mais cela apporte une vie à l’oeuvre, du concret à ce témoignage et à cette histoire.

Une seule face du polygone

Si Printemps noir est un excellent témoignage sur une période que l’on connaît beaucoup moins, Cuba post-révolutionnaire, il n’empêche qu’il est évidemment engagé (notamment soutenu par Amnesty International) et ne livre qu’une seule face de tout un polygone : celle des opposants politiques. Et encore, ceux-ci sont probablement très variés et divisés entre différents courants. Ce qui manque surtout et ce qui devrait expliquer pourquoi une nouvelle révolution ne s’est pas mise en marche, c’est ce que pense et ce que fait le reste de la population. Je ne peux oser croire que le peuple cubain soit divisé en deux entre les fidèles du régime au bras armé et les opposants à la plume journalistique. De même, malgré quelques lignes, les interventions et les prises de position étrangères restent rares, tout comme les raisons et les motifs du régime cubain à devenir autoritaire qu’on ne peut que livrer aux hypothèses. Cette lecture doit donc se compléter avec d’autres mais reste cependant très importante sans pour autant qu’elle soit révolutionnaire dans les faits et pratiques relatés.

Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :