Making the Witcher, le making-off de la série Netflix

Disponible dès aujourd’hui en VOSTFR sur Netflix, Making the Witcher est un documentaire making-off d’une demi-heure sur la série inspirée des romans d’Andrzej Sapkowski.



Pas besoin d’en faire un roman, allons directement droit au but. Making the Witcher reste un making-off assez banal. Des extraits en toile de fond, des acteurs invités (Henry Cavill pour Géralt, Freya Allan pour Ciri, Eamon Farren pour Cahir, Anya Chalotra pour Yennefer, Joey Batey pour Jaskier), des scénaristes, costumiers, décorateurs, bref le casting et l’équipe technique. Le point réellement décevant est qu’ils n’ont pas interrogé Andrzej Sapkovski, on l’aperçoit uniquement quelques secondes. De même pour Henry Cavill qui est peu présent dans le making off.

Les thèmes abordés sont nombreux. Notamment celui des femmes fortes au sein de la série qui sont inspirés de la mère d’Andrzej Sapkovski. Making the Witcher fait la place également aux libertés scénaristiques qui ont été prises vis-à-vis du livre et du passé des personnages. Mais également à l’inspiration de régions du monde pour habiller le Continent, qui est davantage européo-centré dans les livres. Il revient sur la création des monstres, interprétés par des acteurs ou totalement en effets spéciaux. Sur les costumes fabriqués où ils ont préféré le tissu au style architectural. Making the Witcher nous donne aussi les raisons du choix d’Henry Cavill et d’Anya Chalotra et leur travail sur le personnage qu’ils incarnent, leur propre avis sur ce personnage. Le making-off finalement a bien été attentif aux réactions du public puisqu’ils abordent que des sujets, des thèmes qui sont revenus lors des différents commentaires. C’est pour cela qu’il parle de la chanson « Toss a coin to your Witcher » même si c’est très bref ou qu’il revient sur les chronologies parallèles (assez critiqué) et l’explication de la Conjonction des Sphères.

Mais il n’en reste pas moins qu’une trentaine de minutes ne permettent pas de révéler réellement les dessous de la série, mais uniquement quelques brides. Que ce qui est raconté n’est pas si extraordinaire que ça, qu’il manque des anecdotes de tournage et finalement le plus intéressant est presque ces extraits de fond. Ce qui m’a pourtant le plus marqué dans Making the Witcher, c’est qu’on voit sous un autre angle la scène de combat du début de la série qui est un véritable trompe-l’œil.

Retrouvez ma chronique sur la série et mon top des personnages ici.

Note : 3 sur 5.

Publicité

Un commentaire sur “Making the Witcher, le making-off de la série Netflix

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :