L’antifascisme sur le point d’être terroriste, le fascisme toujours toléré | Billet #1

Alors que des émeutes ont éclaté aux États-Unis après un énième meurtre d’une personne noire par un policier, Donald Trump affirme que les ANTIFA vont bientôt être désignés en tant qu’organisation terroriste. Les dits « ANTIFA » ne sont pas forcément des groupes organisés et lorsque ce sont des groupes, ils sont informels, luttant contre l’extrême-droite raciste et suprémaciste. ANTIFA est surtout un nom collectif utilisé par les groupes se revendiquant de l’antifacisme.



Ce tweet est condamnable car la décision pourrait ouvrir la voie aux arrestations arbitraires, mais également moralement cela est problématique. L’antifascisme devrait être naturel et évident idéologiquement. Le fascisme qui devrait être condamné ne l’est pas. Au contraire même, le président américain préfère condamner le mécontentement de la population américaine que de lutter contre le racisme si présent structurellement aux États-Unis. Cet aveuglement, ce déni qui existe tant aux États-Unis qu’en France, puisque les autorités rejettent toujours la faute sur l’opposition, est extrêmement inquiétant. Ce tweet s’inclut dans une série de messages qu’a posté le président américain dont l’un condamnait les médias à produire haine et anarchie contre le gouvernement. Finalement, c’est le doigt qui est condamné et non ce qu’il montre : le racisme.

Un président peut condamner les formes de violence exercées. Mais lorsque des émeutes éclatent dans un pays, il faudrait plutôt pointer du doigt les causes que les conséquences. Les pétitions et les déclarations demandant à ce que les ANTIFA soient considérés comme terroristes sont nombreuses, en particulier après les incidents de Berkeley le 27 août 2017. Alors que l’extrême droite manifestait, des antifascistes nombreux dans cette ville démocrate les ont attaqué. Le maire démocrate a demandé de les classer comme « gang », c’est-à-dire des peines plus lourdes que la normale, tandis que des pétitions et journalistes comme Laura Ingraham demandaient une classification terroriste. La même année en février, ces ANTIFA avaient jeté des pierres contre Milo Yiannopoulos, partisan de l’alt-right, cette partie de l’extrême-droite américaine militant pour la suprématie des Blancs, l’homophobie, le sexisme… Dans ces événements, il est nécessaire de remonter au contexte. 2 semaines auparavant Berkeley, début août, une voiture bélier conduite par un suprématiste écrase la foule de contre-manifestants opposés à l’extrême-droite qui manifestait. Une morte et 35 personnes blessées.

Ces tensions entre antifascistes et fascistes sont extrêmement fortes. Si le fascisme n’existait pas, l’antifascisme n’existerait pas, l’inverse n’est pas vrai. Le mouvement suprématiste blanc aux États-Unis possède une origine lointaine et très forte. Totalement contraire aux valeurs du pays, aux Droits de l’Homme et à la morale. Pourtant, le président américain préfère condamner les ANTIFA que les fascistes, responsables de nombreux crimes. La sourde oreille ne permet plus des marches pacifiques, la colère s’exprime violemment lorsque l’écoute est rompue. Bien que des commentateurs démocrates affirment que la violence fait le jeu de Trump et de l’extrême-droite, une partie de la population américaine se rend compte que le pacifisme ne mène à rien lorsque l’autre camp attrait la haine de l’autre. En condamnant les antifascistes d’une telle sorte, Donald Trump légitime quelque part le fascisme. Et ce dessein qui se dessine n’est pas beau à voir lorsque l’on connaît de l’autre côté de l’Atlantique la résurgence d’une idéologie européenne effrayante à travers le néo-nazisme.


Sources :

Le maire de Berkeley en Californie veut que les antifas soient classés en tant que gang : http://www.slate.fr/story/150579/en-californie-antifas-gangs-maire

Petition urging terror label for Antifa gets enough signatures for White House response : https://www.foxnews.com/politics/petition-urging-terror-label-for-antifa-gets-enough-signatures-for-white-house-response

Laura Ingraham proposes declaring antifa a ‘terrorist organization’ : https://thehill.com/homenews/media/348383-laura-ingraham-proposes-declaring-antifa-a-terrorist-organization

Qui est Milo Yiannopoulos, journaliste pro-Trump banni de Twitter ? : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/07/20/qui-est-milo-yiannopoulos-journaliste-pro-trump-banni-de-twitter_4972424_4408996.html

Milo Yiannopoulos Is the Pretty, Monstrous Face of the Alt-Right : https://www.bloomberg.com/features/2016-america-divided/milo-yiannopoulos/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :