De l’utilité du débat de sourds

Un débat de sourds peut et est utile. Comment expliquer ce paradoxe ? Voilà bientôt six ans que je suis politisé, ai un regard vif sur l’actualité pour laquelle je me passionne de commenter. L’esprit critique par ce processus se développe malgré mon jeune âge (21 ans). Les mécanismes du débat se comprennent aisément, ses inconvénients, mais aussi ses avantages.

Le débat sur le réseau social

Le débat se fait en différents lieux. Ici, je m’attarderai sur les réseaux sociaux où naviguent points communs et différences. D’abord, le réseau social c’est la possibilité d’avoir accès à un large éventail d’idées qu’il faut savoir trier, apprécier, critiquer. C’est la possibilité d’être spectateur de débats. Et de comprendre que dans 90% des cas, à la louche, le débat est un dialogue de sourd. Ce dernier est propice au réseau social. On discute avec des inconnus, on n’a pas ou moins peur de se disputer qu’avec des amis, les critiques sont parfois plus acerbes.

L’ego et l’inconscient

Le débat devient vite à nos yeux inutile. C’est si rare de trouver une confrontation polie, un échange d’idées, une discussion plutôt qu’une opposition. Davantage encore de toujours apprécier avec la même valeur la personne avec laquelle on discute. Pourtant, il faut savoir faire la part des choses. Si le dialogue est sourd d’apparence, bien souvent à cause de l’ego, ses échos s’intègrent aux deux interlocuteurs et à vos spectateurs.

Inconsciemment, que vous soyez réellement opposé ou que vous contestiez les faits véridiques par égo, les idées échangées rentrent dans votre tête. Vous maîtrisez mieux le sujet, votre point de vue sera davantage critique, et cela en devient une arme pour les futurs débats. L’égo est le frein du débat. Il l’épuise plus ou moins vite. De ce fait, n’attendez pas à convaincre publiquement votre interlocuteur. Si vous cherchez le débat pour vous jeter des fleurs, n’essayez pas. Vous perdrez votre temps. Car votre interlocuteur se mettra certes consciemment ou inconsciemment en question, mais il le fera au fond de lui, sans le montrer. Il faut en voir une utilité de pédagogie avant tout. D’autant plus qu’il ne s’agit pas seulement de convaincre votre interlocuteur, mais ceux qui vous écoutent, qui vous lisent. Non seulement car votre crédibilité est constamment mise en jeu, mais parce qu’ils ont aussi un avis ou non sur le sujet. Et que convaincu, ils ne le diront pas, ils ne sont que spectateurs.

Manier mots et comportements

Ainsi, si le dialogue est d’apparence infertile, ne croyez pas que les idées ne germent pas. Cependant, savoir à qui revient les plus belles pousses. De ce fait, si le dialogue de sourds jouent très vite avec les nerfs, ne vous emportez pas. Celui qui s’emporte se décrédibilise souvent. Pour autant, ce n’est pas le prétentieux énervant qui convaincra davantage. Tout est histoire du maniement des mots.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :