Sherlock – Saison 1, Conan Doyle à la contemporaine

Dans une redécouverte de la création d’Arthur Conan Doyle, je me suis relancé dans l’univers de Sherlock Holmes à la fois à travers le jeu-vidéo Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter et dans la série Sherlock Holmes de la BBC. Ceci, je m’attendais pas à ce que celle-ci se déroule dans le monde contemporain, au XXIe siècle.



Titre : Sherlock

De : Steven Moffat, Mark Gatiss

Acteurs : Benedict Cumberbatch, Martin Freeman

Saisons et épisodes : 4 saisons et 14 épisodes

Durée : 1h30 par épisode

Genre : Aventure, Drame, Policier

Synopsis : Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur Watson, sont transposées au XXIe siècle.


Sherlock, la rencontre

Le docteur Watson revient d’une guerre blessé. Cauchemars et stress lui font voir régulièrement une psy sans aboutissement. C’est alors sur le conseil d’un ami qu’il cherche un colocataire, celui-ci lui présentera Sherlock Holmes, un homme qui sait qui vous êtes en un regard. Enquêteur indépendant auprès de la police, le duo qui vit en cohabitation commence à mener de longues enquêtes et apprends à se connaître…



Le duo Watson-Holmes : à la hauteur ?

L’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle est tellement un classique qu’elle a connu de nombreuses adaptations. Par conséquent, Sherlock Holmes peut connaître des duos plutôt différents, et c’est d’ailleurs le cas entre le jeu-vidéo et la série où le docteur Watson connaît un âge plus avancé dans la série et où Sherlock Holmes a un air davantage négligé. Donc le premier enjeu central de la série est : que donne le duo Cumberbatch-Freeman ? En matant l’affiche, j’étais plutôt sceptique en voyant la tête des acteurs. J’ai quand même commencé la série et je ne suis finalement pas déçu ! L’interprète de Sherlock Holmes est génialissime à tous les niveaux : le style, l’intelligence, l’acting, le doublage… Quant à Watson, un docteur loyal à Sherlock et qui n’hésite pas une seconde à mener l’enquête avec son nouveau colocataire.



Sherlock Holmes au XXIe siècle

Ce que je voulais à travers la série Sherlock, c’était du bon vieux XIXe siècle comme le jeu-vidéo. Mais sans doute pour trouver son originalité, la série a décidé de se placer au temps contemporain. Néanmoins, je ne suis pas tant dérangé par cela. En fait, la modernité n’est pas si présente. D’ailleurs, les voitures et les lieux font penser davantage à des temps reculés qu’à nos jours, dans cette belle et chère Londres. Ce qu’il y a de moderne et qui est très plaisant, c’est la réalisation. Les plans, les notes, les déductions sont réalisés d’une manière à enquêter nous-même, puis à nous délivrer la solution dans un panache de style. Bref, pas de quoi s’ennuyer dans des épisodes d’une durée tout de même de 1h30. Les enquêtes sont adaptées à notre monde contemporain et jouent beaucoup avec la psychologie de Sherlock Holmes, je les trouve très bien écrites et super intéressantes dans cette courte première saison. Sur les trois épisodes, j’ai préféré le premier qui a lancé parfaitement la série et les personnages. Ceci dit, la fin de saison me laisse dans une forte envie de démarrer la deuxième.

⭐⭐⭐⭐

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :