Désenchantée – Saison 2, absolument cool !

Après une première partie qui a fourni à Désenchantée une bonne introduction, Matt Groening nous offre une deuxième partie encore plus cool et drôle s’orientant vers une véritable histoire.


Titre : Désenchantée (Saison 2)

Créateur : Matt Groening

Date de sortie : septembre 2019

Nombre et durée d’épisodes : 10 | ~27 min

Diffusion : Netflix

Synopsis : Bean culpabilise d’avoir abandonné Elfo au profit d’une mère horrible à l’intrigue facile. Alors que Dreamland est dévasté, ses habitants en pierre et le roi, son père, la déteste, Bean et Luci se donnent pour mission de revenir à Dreamland et de trouver une solution pour faire revenir Elfo.



Désenchantée, enchanté !

Après une fin de première saison inattendue, la deuxième saison repart à grands flots pour dix épisodes intenses. Beaucoup critiquent Désenchantée dans une logique comparatiste avec Les Simpson. Comme je l’avais déjà dit dans ma première chronique, il faut voir Désenchantée comme une série propre et s’éloigner de la comparaison, d’autant plus que cette deuxième saison nous livre des éléments bien divergents avec Les Simpson. Outre que la série se place dans un cadre médiéval avec une héroïne à l’image inattendue d’une princesse, l’histoire ne se contente plus à des épisodes uniques, sans véritable fil rouge. Désormais, l’histoire est unique et forme une saison entière, véritable divergence avec Les Simpson qui nous offrent des épisodes drôles mais sans véritable lien entre eux. J’étais très heureux ainsi de retrouver Désenchantée et je ne fus pas déçu.



Meilleure que la première partie

J’ai adoré cette deuxième partie parce qu’elle prend le droit fil d’une héritable histoire. Bean, Luci et Elfo forment un trio comique et enchanteur, aux caractères diversifiés confortablement dosés. À la cour, les enjeux pour le pouvoir se dessinent, entre un roi bien empâté, un héritier solitaire et inconsidéré, une princesse aux acolytes originaux,une reine intrigante et un chambellan aux fiestas à poil. Tout va bien à Dreamland quand ce n’est pas un aviateur Steampunk qui débarque avec sa science, un cirque d’escrocs ou lorsqu’il faut s’aventurer chez les ogres. Au milieu de tout ça, des cauchemars et un destin pour Bean. Ce monde fantasy permet des acrobaties humoristiques sympathiques au milieu d’un fil rouge conducteur intéressant.



Les éléments enchanteurs

Si la deuxième partie fut meilleure selon moi que la première, c’est aussi grâce à des éléments qui ont enchanté la série et que je vais vous délivrer ici. Alors que j’ai maté la première partie en VF, j’ai une nette préférence pour la VOSTFR qui m’a accompagnée durant cette deuxième partie : je trouve les doubleurs originaux – et le montage qui les incorpore dans le dessin animé – mieux imprégnés dans la série. En outre, c’est la qualité du dessin qui rend Désenchantée vraiment magnifique. Ceci dit, à un détail près, j’ai une bien grande qualité, en d’autres termes des détails bien plus beaux et une colorimétrie bien adaptée au monde, quand je visionne Désenchantée sur mon PC que sur mon smartphone. Et puis grignoter un peu de chocolat en la regardant, quoi de plus beau ?

Note : 5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :