Revolt, sans profondeur

J’ai tenté Revolt sur Netflix, après A.X.L j’étais tenté par un autre film de science-fiction. Là, on passe à un autre sous-genre, celui du post-apocalyptique. Bien qu’il soit à petit budget, cela n’explique pas le manque de profondeur du scénario.



Titre : Revolt

Réalisateur : Joe Miale

Avec : Lee Pace, Bérénice Marlohe

Genre : Science-fiction, post-apocalyptique

Sortie / Durée : avril 208, 1h27

Synopsis : A la suite d’une invasion extraterrestre dévastatrice, un soldat américain et une travailleuse humanitaire française tentent de trouver refuge dans la campagne kényane.


Une invasion, juste pour le plaisir

Mes doigts suffisent largement pour dénombrer les films de science-fiction à scénario envahisseur que j’ai vus. Et pourtant avec Revolt, j’ai comme une sensation de déjà vu. Sans doute parce que mon regard n’est focalisé que sur une invasion d’extra-terrestre robotique tuant sans merci chaque être humain. Le pourquoi du comment, on s’en fiche. Pareil pour toutes les perches qui auraient pu apporter un peu d’originalité au film. Nous sommes donc dans une invasion extra-terrestre mondiale, scénario post-apocalyptique puisque plus aucun pays ne semble exister (vraiment ?), et l’histoire nous emmène plus particulièrement au Kenya. Pourquoi la Terre s’est faite envahir, pourquoi ces robots (robots ?) tirent sur tout ce qui bouge, pourquoi les vaisseaux attirent les humains ? Toutes ces questions passent à la trappe, le scénario devient contexte. Envahir la Terre, c’est sans doute un loisir des extra-terrestres après tout.



Un militaire, une humanitaire, deux amoureux

Cliché. Ils ne se connaissent pas. Se rencontrent en prison. Massacrent quelques personnes. Tombent amoureux. En quelques jours. Ce duo intéressant par leur rôle, l’un militaire, l’autre humanitaire, aurait dû être davantage concerné par la problématique associée à leur métier : c’est-à-dire une confrontation entre les actions d’un militaire, et celles d’une humanitaire ; en période d’invasion, ce débat d’idées aurait pu être original et très intéressant, ajouté à leur fuite. Et sinon, pourquoi faire cette histoire d’amour qui n’a absolument rien apporté à l’histoire ? À travers des flashbacks, les scénaristes ont tenté de nous émouvoir pour cet amour : je n’ai rien ressenti du tout. Ils gèrent quand même leur rôle, heureusement qu’il est membre des forces spéciales car je me demande bien comment toutes ses actions auraient pu être crédibles, surtout contre des militaires entraînés apparemment… (toujours pas convaincu).



Les lacunes scénaristiques

Passons aux points qui auraient dû être développés afin de nous fournir une histoire intéressante. Ce serait à cause des États-Unis : selon les Kényans, l’invasion aurait ravagé la Terre sauf un camp américain qui, je crois, possédait des robots. Ma foi, très intéressante théorie qui aurait dû être développée au lieu d’être prétexte à un délit de faciès… Incorporer le rôle d’un État dans cette catastrophe est toujours meilleure que de ne rien nous laisser sous la dent pour comprendre. Notre militaire a aussi une marque sur le bras, symbole de cette base militaire et présente aussi sur l’affiche du film. Mais à part être un théorique laisser-passer quand le monde était en relative paix, c’est inutile. Ensuite, comme je le disais, la confrontation idéologique entre les deux personnages et connaître l’ambition des extraterrestres auraient apporter un plus pour l’un et davantage de crédibilité pour l’autre. Ah, et on nous dit qu’il n’y a plus aucun pays qui existe, alors pourquoi on voit en permanence des avions de chasse ? Le camp militaire était sécurisé, on nous dit, toujours en place donc on s’imagine à d’immenses protections, mais à part des réfugiés dans un garage en sous-sol, il n’y a rien. On nous a vendu, au sein du film même, des éléments intéressants qui se sont révélés médiocres. Sinon à part ça, les effets spéciaux sont corrects, mais je n’ai pas été percuté. J’aime bien la photographie du décor et j’ai été ému par la scène avec le photographe et les enfants-soldats : ça, c’était extrêmement bien joué et réussi. Le meilleur du film, car le dénouement est frustrant. Pour un film petit budget, c’est moyen, mais dans le genre, je préfère Osiris : la neuvième planète.

2 commentaires sur “Revolt, sans profondeur

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :