A.X.L, le chien robot à la conscience animale

Un chien robot à la conscience animale est l’idée originale d’A.X.L, un film Netflix. Et bien que le scénario proposait de nombreuses potentialités, le film n’a pas su les exploiter à fond et n’en restera que moyen. Mais en tant que premier long métrage pour son réalisateur, Oliver Daly, il peut être fier.



Titre : A.X.L

Réalisateur : Oliver Daly

Avec : Alex Neustaedter, Becky G., Fred Tatasciore

Durée : 1h38

Sortie : 26 octobre 2018

Synopsis : Miles, jeune homme malchanceux, fait la rencontre d’un chien robot de conception militaire et se lie d’amitié avec lui. Lorsque les scientifiques qui l’ont fabriqué tentent de remettre la main dessus, Miles décide de protéger son nouveau compagnon avec l’aide de son amie Sarah.


De l’idée à perfectionner

Un chien robot à la conscience animale, A.X.L a adopté une bonne idée. Avec cette base, on peut tendre le sujet dans toutes les directions : il y a de la matière. Celle qu’a pris le film est bonne, mais le fil est perfectible. Tout d’abord, plusieurs éléments du scénario sont captés à des kilomètres. Les relations entre Miles et Sarah, entre lui et Sam. Au fil que l’histoire avançait, j’ébauchais déjà plusieurs théories sur la fin. Et la bonne ne tarda pas. Néanmoins, la fin de A.X.L annonce une suite, plutôt inattendue pour le coup. Certains points sont négligés et nécessitent un éclairage pour être dur comme fer, par exemple sur la maltraitance animale. Miles affirme que son créateur le maltraitait car la cuirasse du chien comporte des impacts de balles. Mais comment peut-il conclure à cette idée ? Peut-être que le chien robot s’est entraîné, peut-être qu’il est partie en guerre, peut-être que c’étaient des essais lorsqu’il était inerte, donc ne ressentant rien. Gros point négatif dans le sens où cet adolescent à l’idée stupéfiante de fuir des agents secrets et l’armée américaine – au risque de se faire descendre – parce qu’il croit à cette théorie. Et quand on regarde le film, on peut y croire mais ce n’est même pas explicitement montré : c’est vraiment moyen cette idée. Revenons sur le chien : j’adore ses scans et ses gadgets, je trouve que la technique derrière est très belle et extrêmement bien faite. Mais quand on voit que le constructeur a six mois de retard sur son planning et la quantité de gadgets totalement inutiles (musiques, lumières de danse) à ses missions, on comprends pourquoi.



Des émotions pas à la hauteur

L’une des ambitions de A.X.L était de créer un lien entre le spectateur et le chien robot. Miles était fou de lui, Sarah un peu moins. Sam le détestait. Et le personnage de Sam était créé pour le détester. Par conséquent, tel un film avec un vrai chien, nous étions censés être fortement attaché à A.X.L. Sauf que ce n’est pas un vrai chien, et c’est là que ça bloque. Tout d’abord dans son apparence : il a quand même une sale gueule, le husky et ses yeux océan à la fin du film m’ont épris bien davantage en dix secondes que A.X.L pendant tout le film. Bien qu’il y a du travail sur le bruitage du chien robot, on est loin du chien. Il a été créé avec une conscience animale : il a des émotions, quand il a fui et abandonné Miles, il a fermé les yeux comme on le verrait si facilement dans un animé. Mais pourtant, malgré tout cela, les émotions ne sont pas à la hauteur. Pourtant, des robots auxquels je m’y suis attaché, il en existe : Wall-E et Eve. Mais les émotions sont problématiques aussi sur les doublages français qui ne s’accordent pas toujours aux expressions faciales. Ou enfin, la rencontre avec ce chien robot donc certains ne sont, genre, absolument pas choqués (Sarah).

Des situations inexploitées

A.X.L c’est un peu un gâteau avec d’innombrables saveurs, et pourtant, aucune n’est aussi exquise que ne l’est sa couleur à nos yeux. Revenons à notre maltraitance animale. Non seulement pour nous faire comprendre cette théorie, mais surtout aussi pour nous attacher davantage au chien robot, il aurait fallu nous montrer ce genre de situation ! Tout ce que nous avons, c’est un chercheur un peu foufou sur les bords. En outre, lors de la rencontre entre Miles et A.X.L, ce dernier nous démontre énormément de capacités, en solo et en duo. Mais c’est génial, quel avant-goût pour des scènes d’action intenses pour la suite ! Et, en fait, non. De même, ce film qui se concentre énormément sur la moto cross où point que je n’en comprenais pas l’utilité m’a démontré par la suite que c’était cohérent, en duo avec le chien robot. Une infinité de potentialités s’est présentée ! Des combats, des fuites. Et finalement, non. Pas du tout assez exploitée, finalement le scénario moto-cross n’a servi à rien ou pas grand chose, décevant. Enfin, le recours à l’armée. Dans l’extrait du film, on nous explique bien qu’ils sont traqués par l’armée, donc là on imagine les scènes en moto-cross, le duo avec le chien robot, de l’action intensive ! Pas du tout exploitée, l’armée arrive à la fin, totalement inutile.



Le lien entre l’humain et le robot

Sans doute le plus intéressant avec A.X.L, c’est sa profondeur. Dans notre avenir, nous pourrions sans doute construire des robots aussi perfectionnés, mais aussi peut-être avec une conscience animale, voire humaine ! On peut se questionner sur la finalité d’un tel projet, et les conséquences que cela pourrait susciter. Regardez A.X.L, un chien ayant une conscience, maltraité, qui a fui et dont un adolescent s’est épris de lui et a souhaité le protéger, au péril de sa vie mais aussi au péril d’autres vies. L’idée semble belle, mais vaut-elle vraiment le coup ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :