🌈 Ce que le simple mot « pd » peut avoir comme conséquences extrêmes

Cet article n’a pas vocation à débattre mais à expliciter les graves conséquences que peut avoir l’emploi de « pd » comme mot usuel sur les homosexuels et ce dès le plus jeune âge. Des conséquences qui impactent la vie à long terme, voire définitivement, et dont il est extrêmement important de sensibiliser. J’ai une certaine expérience personnelle quant à ce sujet et sans doute que cet article est plus un témoignage qu’autre chose mais il en est certain qu’il ne me concerne pas uniquement.



La difficulté de s’assumer, tant à soi-même que publiquement vient en grande partie du regard des autres. Cette difficulté à s’assumer à de graves conséquences : le rebus de soi-même, le questionnement permanent, l’anxiété, la difficulté de trouver un(e) partenaire, de sortir avec en public, et bien d’autres au point qu’il est difficile d’être exhaustif. Ce regard des autres est dangereux parce qu’on grandit avec et que progressivement, il s’installe culturellement. Ce regard des autres est d’autant plus redoutable lorsqu’il s’approprie notre pensée dès le plus jeune âge.

Et c’est cette difficulté qu’on doit prendre en compte. Quand on découvre son orientation sexuelle et/ou son désir d’identité sexuelle, peu importe ce qu’elle est et ce qu’elle pourrait être et ce qu’on voudrait être, on les découvre souvent au moment de la puberté. Il est fort possible comme l’inverse d’avoir des évolutions dans le temps. Mais lorsqu’à ce moment-là, la puberté étant à l’âge 12-13-14 ans (donc très jeune), on se découvre attiré par le même sexe et que les autres… non, et que tout ce que l’on a appris ne nous a pas armé face à cette particularité, on se sent perdu. Souvent, quand on est jeune, on copie l’autre, on s’inspire de l’autre et on regarde les autres. Comment faire pour surmonter cette difficulté dans un pays où l’homophobie est très forte, plus précisément encore plus dans certaines régions, villes et écoles ? Et comment peut-on le faire lorsque l’on sait que le monde l’est encore plus ? S’exposer au regard des autres, on le sait déjà jeune : c’est dangereux.

Alors cette vérité, ce fait qu’on ne sait pas encore correctement discerné, et qu’il ne le sera peut-être jamais car on a bien l’habitude de loger chacun dans une petite classe et qu’on la cherche désespéramment sans souvent la trouver, cette vérité devient un secret. Un secret parce qu’on le garde et on le cache, et que ce qui nous entoure l’incite à le cacher. Il existe énormément d’exemples, je ne peux pas être exhaustif donc j’ai décidé de parler du mot « pd ».

Pour commencer, ce terme est devenu si banal que plus personne ne sait ce qu’il veut dire. Certains disent que ça veut dire pédophile et c’est absolument faux, malheureusement ça contribue à donner cette image aux homosexuels, ce qui est complètement stupide et je n’ai pas envie d’y passer un article entier à réfuter cette idée issue du néant. « PD », ça veut dire pédérastie. La pédérastie à l’époque grecque, pour faire assez grossièrement, c’est la découverte du monde d’un adolescent avec un adulte, une sorte de rite où, quelques fois mais il ne faut prendre cela pour une généralité, l’adolescent découvrait la sexualité avec l’adulte. Cet adolescent, on l’appelle parfois « éphèbe », et de ce fait on peut associer la pédérastie à l’éphébophilie (aimer les éphèbes). Mais un adolescent n’est pas un enfant, il faut donc bien dissocier et c’est pour cela, très probablement, que la confusion avec la pédophilie s’est installée. Du moins, tout cela n’est que ma théorie car j’ai beau cherché, je n’ai jamais trouvé une réponse certaine et précise mais je trouve qu’elle tient bien la route.

Bref, ce mot « pd » est devenu usuel, commun, utilisé banalement pour n’importe quelle raison, et sur n’importe quel ton, entre amis, entre ennemis, entre inconnus. Dans les tous cas, c’est devenu un mot péjoratif, l’équivalent d’une insulte. Revenons donc à notre adolescent, très jeune, soucieux du regard des autres, de ce qui l’entend et inquiet de ce qui l’est. S’il entend le mot « pd » à répétition, telle comme une insulte, elle s’accultura dans sa tête. Ce jeune adolescent verra déjà ce qu’il est comme quelque chose de mauvais, comme quelque chose d’insulté, de particulier (la construction de la particularité est importante). Jamais il ne voudra de ce fait se mettre en avant, en parler, il fera bien plus attention à ce qu’il dit et se posera davantage de questions. Le terme de « pd » construit toute une structure homophobe auprès du jeune adolescent, dès la découverte de sa sexualité, il est plus qu’important de résoudre ce problème.

Car ce problème a de graves conséquences. Vous n’imaginez pas la difficulté à s’assumer à soi-même, à son entourage, à ses amis, dans la recherche de partenaire. Toutes les difficultés que l’homosexuel(le) surmonte, son potentiel partenaire doit les surmonter également. Il est là question de trouver quelqu’un, de savoir si les deux se plaisent mutuellement, s’ils sont près à sortir ensemble, si cela sera une relation ouverte, ou une relation cachée, si cela va durer, si la pression ne sera pas trop grande et bien d’autres difficultés. Des obstacles similaires à ceux des hétéros et d’autres uniques à cette orientation sexuelle. Tout en sachant que le nombre d’homosexuels est estimé à 5% de la population mondiale. Bref, trouver quelqu’un est extrêmement compliqué et il faut à tout prix détruire le système qui empêche l’émancipation des principaux concernés parce que c’est avant-tout une peur qui incarne les LGBT…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :