1997-2014 : le projet audacieux d’une réplique | #1.1

Dans les années 1990, le maire de Rochefort1 et son conseil enviaient l’édification d’un bateau pour compléter le patrimoine maritime de la ville portuaire. Il fallait un navire réputé et prestigieux, et après quelques délibérations, ce fut la célèbre Hermione sur laquelle le marquis de La Fayette a embarqué qui fut choisie. Des Hermione, il en existe quatre chacune édifiée en 1750, 1778, 1804, 1997 ; mais c’est la seconde qui est restée dans les mémoires et sélectionnée par la municipalité. Par conséquent s’est constituée en décembre 1992 l’association Hermione – La Fayette qui a pour objectif la construction d’une « réplique à l’identique » de l’Hermione du XVIIIe siècle. L’Hermione est une frégate de 12, c’est-à-dire qu’elle possède des canons de 12 livres, en l’occurrence 26, mais aussi 8 canons de 6 livres ainsi que 10 pierriers d’une livre, et quatre d’une demi-livre. C’est une frégate typique de la seconde moitié du XVIIIe siècle. D’une longueur de 44,3 mètres et d’une large de 11,20 mètres, ce trois mâts a nécessité à l’époque seulement six mois de travail pour sa construction. L’Hermione, c’est 1250 tonnes pour un tirant d’eau avant de 4,9 m et de 5,2 m à l’avant. Le grand mât, la partie la plus haute de la frégate, mesure 51 mètres et 2200 m² de toiles couvrent l’Hermione. Selon Anne Renault, maître voilière qui travaille sur le chantier, le potentiel voilier de l’Hermione est de 3300 m². Ces caractéristiques nous permettent de bien saisir que la frégate est un navire modeste mais rapide. Elle n’est pas destinée à s’engager en première ligne des batailles navales, ce n’est pas un vaisseau, mais plutôt à assurer lors des combats la liaison entre les vaisseaux de ligne en délivrant des messages, des informations en étant à l’arrière. Son autre rôle, c’est d’être un réservoir d’hommes pour les vaisseaux au front. Les frégates sont aussi des navires de reconnaissance et leur matériel militaire leur était utile pour protéger les convois commerciaux des nations ennemies ou encore lors d’escorte des navires de commerce. Bien qu’il ne fût que six mois en 1778 pour édifier l’Hermione, l’arsenal2 de Rochefort a éprouvé des difficultés pour la construction de la réplique. D’une part, à cause du manque de sources au sujet de l’Hermione. Les architectes de la frégate actuelle ont travaillé à partir des « ordonnés de Vincennes » retrouvés aux archives de la Marine nationale, ce sont des croquis signés Chevillard l’Aîné, l’ingénieur qui a travaillé sur l’Hermione et ses trois sœurs : La Fée, La Courageuse et La Concorde. Toutefois, ces croquis étaient succins et insuffisants. De ce fait, les ingénieurs ont également utilisé les archives de La Concorde, identique à l’Hermione. Elle a été capturée par les Anglais en 1783 qui désiraient en connaître la technologie, la maîtrise, le savoir-faire. Ainsi, des documents et plus tard des archives ont été produits au sein de la Royal Navy à Greenwich. D’autre part, des tableaux de l’époque furent aussi utilisés. Selon Aurélien Vélot, forgeron sur l’Hermione : « Les architectes ont fait des plans en trois dimensions sur la foi d’une peinture de bateau d’époque, de loin ». Mais encore d’autres difficultés se sont présentées sur le chantier. Les nomenclatures du XVIIIe siècle étaient en pouces, en ligne du roi, en pieds, il fut nécessaire avant de commencer de convertir le tout au système métrique. Sans oublier quelques difficultés matérielles, tel que l’approvisionnement en fer qui formait 90% de la famille des aciers de l’époque mais qui aujourd’hui n’est quasiment plus produit. Bien que toutes ces difficultés furent bravées, l’objectif même de la « réplique identique » fut compromis à cause de règlements contemporains et des contraintes techniques de notre époque. Parmi les différences majeures vient en premier la motorisation : les règlements maritimes locaux interdisent généralement de manœuvrer à voile au sein des ports. La motorisation intervient dans les conditions de vie à bord de la frégate : elle accueille des douches et WC, des machines à laver et sèche-linge, des congélateurs et réfrigérateurs, du chauffage et de la ventilation ainsi que les équipements de navigation modernes. Des puristes déçus, parfois en colère, mais l’association a dès le départ assumé que cette frégate du XVIIIe siècle aurait à bord des hommes du XXIe siècle. Le confort est nettement amélioré et bien que les dortoirs soient aménagés de bannettes, on retrouve tout de même des hamacs, conseillés pour dormir puisqu’ils suivent le mouvement du bateau en mer. Il existe une distance entre la voilure de l’époque et celle d’aujourd’hui. La voilerie traditionnelle est faite de coton, de lin, de polyester mais elle disparaît au profit du nylon après la seconde guerre mondiale et on ne la retrouve plus que dans le patrimoine maritime. La voilure de la réplique est faite de lin et de chanvre et assemblée à la machine. La tâche à la main aurait nécessité bien davantage de temps. Enfin, l’Hermione passe de six ancres à deux et les canons sont démilitarisés pour ne pas que la frégate soit considérée aujourd’hui comme un navire de guerre. Ce projet, ce chantier s’est terminé en 2014 lors des premiers essais en mer de la frégate, mais sans l’imagination de l’association Hermione – La Fayette et la motivation des équipes, le projet n’aurait pu jamais voir le jour.

1 – Jean-Louis Frot en décédé en août 2018, il fut maire de Rochefort de 1977 à 2001.

2 – Centre de construction, de réparation, de ravitaillement et d’armement des navires.


Cette vidéo complète cet article dans le sens où elle présente l’intérieur moderne de l’Hermione pour avoir une image de ce qu’est le navire et à quoi il ressemble.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :