#RF4 – Une crise institutionnelle

Quatrième point de notre premier chapitre sur les origines de la Révolution Française, ce cours s’inscrit dans notre objet d’étude qu’est la Révolution Française (1789-1799).


CHAP 1 : Les origines de la Révolution Française


II. Des causes multiples : la France en crise


A. Une crise institutionnelle


CONFRONTATION ENTRE ROI ET PARLEMENTS. – Dans les années 1780, il y a une crise institutionnelle en France : il y a un blocage au niveau des institutions politiques, tout est bloqué parce que le roi gouverne seul. Ses conseillers n’ont aucun pouvoir décisionnel, ils ne sont que de simples techniciens. Le pouvoir en France est tiraillé entre deux logiques : la centralisation monarchique et l’octroi de liberté provinciale donnée aux parlements. Les parlements sont mécontents de n’avoir que peu de pouvoir (une bourgeoisie montante notamment qui occupe ces postes et qui n’ont pas de pouvoir politique). La monarchie absolue est de plus en plus contestée, par la bourgeoisie et par la noblesse libérale : ils veulent une monarchie parlementaire à l’anglaise où le roi partage le pouvoir. Ce sont des élites, financières et aristocratiques, qui veulent plus de pouvoir. Les parlements, des cours de justice, ont une grande fonction politique qui est l’enregistrement des lois. Ces parlements font du contre-pouvoir en refusant de contresignés les lois, ils font du blocage.

ROYAUME MOSAÏQUE. – Autre problème, à la fin du XVIIIe siècle, des provinces ne coïncident pas sur le plan géographique avec les généralités. Toutes ces circonscriptions administratives sont l’héritage de la France de l’époque moderne où on a superposé les circonscriptions, tant du pouvoir temporel que du pouvoir spirituel. Les impôts, les mesures (commerce) ne sont pas les mêmes en fonction des lieux, ni pour les coutumes (succession par exemple), ni les langues, de même pour les droits de douane. Il n’y a aucune unité territoriale ni aucune unité culturelle. C’est un royaume mosaïque. Le royaume est bloqué institutionnellement et quotidiennement. De plus, il lui manque une certaine justice. C’est une dissonance générale qui multiplie l’impression de désordre.

LOUIS XVI ET MARIE-ANTOINETTE. – La cour de France choque. Elle est de plus en plus discréditée à cause de Marie-Antoinette. Elle incarne aux yeux du peuple tout ce qui est noblesse parasite, une rapace qui dépense tout l’argent de l’État. La littérature pamphlétaire s’attaque beaucoup à elle, notamment sur sa sexualité, une femme étrangère qui n’est pas très politique. Le roi Louis XVI est ressenti comme un roi faible, un falot, c’est le bon bourgeois, il n’aime pas le cérémonial de la cour, il n’est pas un mondain : il veut son intimité mais depuis Louis XIV, le roi est censé être une représentation, avoir une vie publique. Tout cela casse et désacralise l’image du roi, alors qu’il est censé être le lieutenant de Dieu sur terre. Et quand un roi semble faible, n’est plus sacré : certains n’ont pas peur de le renverser. En bref, Marie-Antoinette est stigmatisée (souvent à tort) et Louis XVI n’est pas charismatique, notamment à cause de ses erreurs politiques.


Les Membres de la famille royale réunis autour du Dauphin né en 1781, École française, vers 1782-1783. Huile sur toile, 96 x 128 cm, Château de Versailles, MV 8949.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :