Aliens, le retour – Il faut sauver Newt !

Sigourney Weaver reprend son rôle d’Ellen Ripley dans ce second volet filmique de la saga Alien qui – tel son prédécesseur – a remporté un oscar des meilleurs effets visuels.



Titre : Aliens, le retour

Réalisateur : James Cameron

Avec : Sigourney Weaver, Michael Biehn, Lance Henriksen, Paul Reiser, Bill Paxton

Sortie : 1986 (1992 pour la version longue)

Durée : 137 min (154 min pour la version longue)

Synopsis : Après 57 ans de dérive dans l’espace, Ellen Ripley est secourue par la corporation Weyland-Yutani. Malgré son rapport concernant l’incident survenu sur le Nostromo, elle n’est pas prise au sérieux par les militaires quant à la présence de xénomorphes sur la planète LV-426 où se posa son équipage… planète où plusieurs familles de colons ont été envoyées en mission de « terraformage ». Après la disparition de ces derniers, Ripley décide d’accompagner une escouade de marines dans leur mission de sauvetage… et d’affronter à nouveau la Bête.


La place du film dans la saga

Alien, le huitième passagerFilm (1979)Se déroule en 2122
Alien : IsolationJeu-vidéo (2014)Se déroule en 2137
Alien : la sortie des profondeursLivre audio (2014)Se déroule en 2159
Alien : le fleuve des souffrancesLivre audio (2014)Se déroule en 2179
Aliens, le retourFilm (1986)Se déroule en 2179

Aliens, le retour fait place 57 ans après le premier volet de la saga, lorsque Ellen Ripley a fui (et détruit) le véhicule remorqueur spatio-commercial Nostromo en échappant de justesse au Xénomorphe à bord du Narcissus. Jonesy et elle se sont placés dans le caisson d’hypersommeil, dans l’espoir de revoir sa fille, Amanda, dans une année et demi. Dans le jeu-vidéo Alien : Isolation, on incarne Amanda à la recherche de sa mère dont elle n’a plus aucune nouvelle depuis la destruction du Nostromo, faisant ses recherches sur la station Sébastopol dans laquelle il y aurait apparemment-il la boîte noire du Nostromo. Ensuite, arrive deux livres audios magnifiques. En premier lieu, Alien : la sortie des profondeurs, met en scène le réveil d’Ellen Ripley sur le Marion en 2159. Hooper et son équipe l’ont recueillie, alors qu’un scénario catastrophe commence lorsque des Xénomorphes infiltrent le vaisseau. Le second livre audio est Alien : le fleuve des souffrances, il est très intéressant dans cette chronologie puisqu’il se déroule juste avant Aliens, le retour. Dedans, on suit l’aventure des colons de la planète LV-426 – la planète d’origine – rebaptisée Achéron. Ellen Ripley y fait son apparition, mais surtout Newt et sa famille, les Jorden. Ainsi, Aliens, le retour se déroule exactement après les faits, l’histoire originale, d’Alien, le fleuve des souffrances.

Une mission de sauvetage !

Station Gateway. Ellen Ripley est recueillie après 57 ans de dérive. Pour faire bref avant de donner mon opinion, elle est interrogée par une commission sur la destruction du vaisseau très coûteux Nostromo (l’argent fait loi) et apprends que la planète horrifique de laquelle elle est revenue est désormais une colonie baptisée Achéron, sur laquelle travaillent Weyland-Yutani et Marines. Les liens entre la station et Achéron sont rompues, de suite est montée une mission d’expédition que Ripley rejoint.

Maintenant que vous avez le pitch en tête, on peut parler du film dont je suis heureux d’avoir vu. J’ai vu la version longue (2h30), je ne me suis pas ennuyé même si j’ai eu l’impression que le film était long, au bout d’1h20, je pensais qu’il s’était déjà passé 2h. Comparé au premier opus, nous n’avons pas de scènes longues. Véritablement, ce sont de grandes scènes d’action et d’intensité, de stress. Je suis heureux de retrouver une Ripley avec autant de charisme, qui ne se laisse pas faire, notamment au milieu de ce monde d’hommes même si des femmes sont présentes. Heureux d’avoir vu ce film puisque l’on apprend bien davantage le fonctionnement de la vie des Xénomorphes. Des Xénomorphes qui sont énormément nombreux, et bien réalisés, bien mieux que le premier opus je trouve.

Plus en détails, l’intensité est véritablement intense. J’ai écouté le livre audio Alien : le fleuve des souffrances. De ce fait, je me suis attaché au personnage de Newt si bien écrit, et même à l’ensemble de la famille des Jorden. La première demi-heure du film s’était déjà déroulée de manière plus ou moins détaillée dans le livre audio. Mais il m’était touchant de voir Newt et son frère Tim, qui ce dernier n’apparaît quasiment pas dans le film. Seulement une scène au début. Il y a une scène dans la ruche où une femme se réveille, de laquelle un Chestbuster va sortir. Au début, j’ai cru que c’était Tim donc ça m’avait fait mal au cœur, mais finalement ça n’est pas lui mais une inconnue semble-t-il, et c’est assez décevant finalement. Mais sinon voilà, le film tourne autour de Newt, une petite fille qui a survécu pendant des mois à ces Xénomorphes et qui en sait autant que Ripley sur eux : ça, c’est extrêmement intéressant pour le personnage. Malheureusement, ses techniques de survie ne sont pas assez développées pour qu’elle puisse conseiller l’équipe de sauvetage. Newt est extrêmement bien interprétée par son actrice Carrie Henn, et l’objectif est de la sauver.

Le film est vraiment bon. Une musique angoissante, mais pas autant que le premier film lorsque le vaisseau allait exploser. Des éléments de scénario ressemble au premier volet de la saga, mais il y a bien des nouveautés et je trouve ça très intéressant. L’intrigue se tient du début à la fin, je n’ai rien à y ajouter, le fait que c’est une petite fille renforce l’envie et la nécessité de la défendre et de la sauver.


PARTIE SPOIL

J’ai vraiment eu peur de voir Newt mourir et je l’ai vraiment crue morte lors de la scène des égouts (cf dessin ci-dessous). Mon intérêt et mon attachement pour elle, surdéveloppé par le livre audio, vivifie l’intensité des scènes. Bien que l’ensemble des personnages a un certain charisme (coucou l’androïde qui ne m’inspiras pas confiance mais qui m’a bluffé), j’avais vraiment eu peur qu’il arrive quelque chose à Newt. D’autre part, je trouve ça étrange les Marines qui parlent mal à leur supérieur, c’est vraiment une autre image qui est donnée par rapport à nos films contemporains où l’ordre et rigueur règnent. Peut-être parce que c’est le futur ? J’ai remarqué aussi quelque chose que je trouve intéressant auprès de Newt. C’est que dans le livre audio, elle considère sa poupée Carole comme une vraie personne, vivante, tout au long du livre. Moi qui ne pensais que c’était un simple détail pour rendre plus vivante Newt, j’ai repéré dans le film qu’elle considère désormais Carole comme seulement une poupée. Changement d’état mental, mais pas assez fort pour qu’elle accepte le nom de Rebecca. Plein de petits points font penser au livre audio que j’ai écouté, et c’était vraiment agréables à les retrouver dans le film.

Ce que nous apprends le film

En premier lieu, on retrouve une Ellen Ripley avec autant de caractère qu’auparavant, c’est super intéressant. Avec elle, embauchée en tant que conseillère, on apprends comment fonctionne les Xénomorphe. On savait jusqu’ici, si on élimine ce qu’on apprends dans les livres audios qui précèdent (anachroniques au film, d’autant plus que Ripley ne s’en souvient pas), que les Xénomorphe sortaient de leurs œufs sous forme de Facehugger (la sorte d’araignée). Après avoir fécondé un hôte, c’est le Chestbuster qui explose la poitrine de son hôte. On sait que ce dernier évolue très vite et devient rapidement un Xénomorphe de taille adulte. Sur l’évolution, on n’en savait pas plus. Le version longue du premier film nous montrait une sorte de ruche, mais de manière très rapide sans que l’on ne puisse rien apprendre dessus. Dans ce second volet d’Alien, on sait mieux comment ça fonctionne. En effet, on peut avoir boucler la boucle avec l’apparition de la reine et la confirmation d’un fonctionnement de vue de type ruche. La reine est un énorme Xénomorphe qui développe un tube visqueux et flasque très étrange qu’elle semble pouvoir détacher sans mourir. On voit ainsi comment apparaissent les énormes œufs pondus. On apprends également que les Xénomorphes obéissent à la reine. Cette reine est prête à tout pour défendre sa progéniture : si cette dernière est menacée, elle n’attaque pas. Dans le film, elle intime l’ordre aux Xénomorphes de reculer. J’ai l’impression également que les œufs éclosent ou que les Chestbuster sortent (moins sûr pour eux) lorsqu’il y a un humain à proximité. Reste à savoir d’autres choses, comment sont choisis les reines ? Comment sont-elles nourris ? Comment sont-elles fécondées ? …

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :