#RF2 – Les philosophes et le siècle des Lumières

Deuxième point de notre premier chapitre sur les origines de la Révolution Française, ce cours s’inscrit dans notre objet d’étude qu’est la Révolution Française (1789-1799).


CHAP 1 : Les origines de la Révolution Française


I. Remise en cause de l’absolutisme et émergence d’idées nouvelles


B. Les philosophes et le siècle des Lumières

LUMIÈRES ?. – Les hommes des Lumières croient au progrès. Les deux grands mots du XVIIIe siècle en France sont le progrès et le bonheur. L’idée est que la civilisation européenne progresse grâce au progrès, et le progrès est possible grâce à la Raison selon eux, face notamment à l’obscurantisme religieux. Les Lumières sont un courant européen de pensée marqué par le rationalisme philosophique et l’exaltation des sciences et leur but est d’éclairer le bas-peuple. (CF le texte de Kant « Qu’est-ce que les Lumières ? »)

LA MONARCHIE AU XVIIIE SIÈCLE. – Tous les piliers de l’Ancien Régime s’opposent à cette société. L’Ancien Régime pour les penseurs des Lumières, c’est une monarchie absolue de droit divin qui dure depuis longtemps. De plus, alors que le roi en théorie est censé faire le bonheur du sujet – en tant que roi paternaliste – socialement, pour les Lumières, c’est une société d’ordres très inégalitaires. Il remette en cause un système archaïque. N’oublions pas que les rois au XVIIIe ne sont pas très charismatiques : Louis XV (1715-1774) ne gouverne pas, son règne est composé de maîtresse et de corruption, quant à Louis XVI (1774-1792), c’est un roi solitaire. L’image des rois se dégrade.

LA NAISSANCE DE L’OPINION PUBLIQUE. – L’opinion publique naît au XVIIIe siècle. À partir de 1750, il y a de nombreuses publications de livres et pamphlets dans un contexte où l’alphabétisation augmente dans la société. La population commence à lire et à discuter, notamment au sein des cafés. Elle s’imprègne des idées des lumières. Voltaire dit de prendre exemple sur les Anglais. Montesquieu parle de séparation des pouvoirs. Rousseau a inventé le contrat social : il propose un régime dans lequel tous les citoyens sont égaux et liés à leur gouvernant par un contrat social, la souveraineté ne viendrait plus de Dieu mais du peuple : la souveraineté nationale, c’est une grande idée révolutionnaire.

Jean-Jacques Rousseau et son Contrat social publié en 1762

MONARCHIE DE DROIT DIVIN CONTESTÉE. – La monarchie absolue en France repose sur la religion catholique car le roi tient son pouvoir de Dieu. Pour les Lumières, c’est impensable. Les philosophes sont très différents (athées, déistes, croyants) mais affirment que le pouvoir politique ne doit pas venir de Dieu et que tout le monde doit avoir le droit à la liberté de penser. Les idées des Lumières sont connues parmi les élites et la bourgeoisie.

LA BOURGEOISIE MONTANTE. – On la nomme la bourgeoisie montante, elle a connu son ascension sociale et ses privilèges grâce à l’argent. Elle n’a cependant aucun pouvoir politique et apprécie de ce fait les Lumières pour leurs idées égalitaires. De même dans l’armée, il est impossible de devenir officier lorsque l’on n’est pas noble. Au XVIIIe siècle, ce n’est plus supporté. Le bas peuple ne connaît pas ces idées car il ne sait pas lire. Au XVIIIe siècle sont donc présentées des idées d’égalité et des idées nouvelles.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :