Les crimes de Grindelwald

Second opus de la saga Les Animaux Fantastiques sur les cinq prévus, je suis allé voir le film au cinéma, curieux de découvrir la suite du premier film que j’avais bien aimé.

Les Animaux Fantastiques
Les crimes de Grindelwald

Un film de transition…

Malheur m’en a pris de ne pas avoir regardé le premier film avant d’aller au cinéma. Pourtant, j’ai fait des efforts mais je n’ai rien compris au film. Et je m’aperçois ne pas être le seul.

Où va l’intrigue ?

Je n’ai pas trouvé de sens à l’intrigue. Le film dure 2h15 et j’ai l’impression qu’on patauge dans la semoule. Commençons par le titre : Les crimes de Grindelwald : quels crimes ? Finalement dans ce film, on apprends seulement l’ambition de Grindelwald et son moyen d’y parvenir : l’intrigue générale, commun aux cinq films, n’avance pas. Le personnage est quasiment absent, l’action inexistante et en plus, c’est un objectif très alambiqué. L’écriture est décevante car elle n’appuie pas du tout là où il faudrait, c’est-à-dire expliquer en profondeur et avec des émotions le but et les causes de cet objectif. Concernant l’intrigue du film, je n’ai rien compris et j’ai l’impression que ça n’a ni queue ni tête par rapport à l’intrigue générale. Tout tourne autour de Croyance et de ses origines : les personnages se mettent à sa recherche car Grindelwald veut se servir de lui, comment et pourquoi ? Bonne question. C’est donc une chasse à l’homme qui commence. Mais quelle ennuyante chasse si on n’en connait pas vraiment le dessein. Quelle confusion ! Donc pour nous éclairer, se déroule une scène (celle du caveau) où les personnages tour à tour explique toute l’histoire de la vie de Croyance. En gros, c’est l’explication du scénario et même après ça, et bien tu ne sais toujours pas où le film veut en venir et surtout à quoi ça sert. Et même si c’est peut-être moi qui n’aie pas compris, il est évident que l’intrigue ne s’appuie pas du tout assez sur ces éléments. Finalement, cette intrigue se résume à : « qui est loyal ou qui ne l’est pas ? ».

Des références pour des références

Le nombre de personnages est trop grand : il faut un certain temps d’adaptation pour savoir qui est vraiment qui et surtout pour savoir à quoi ils servent. En effet, la majorité d’entre eux sont complètement inutiles, et leur apparition qui plus est n’est pas assez mis en évidence. Par exemple, Jacob Kowalski, d’accord il était sympathique dans le premier film mais là il ne sert à rien. Sa relation avec Queenie, tout aussi inutile finalement, elle n’apporte rien. D’ailleurs, le nombre de romances dans ce film est fou et étonnant… Super, on voit Dumbledore ! Mais il sert à quoi ? Oui, Norbert lui obéit mais c’est tout ? Son lien avec Grindelwald n’est pas du tout assez mis en relief par ailleurs. On voit la célébrissime professeur McGonagall, mais elle dit deux mots dans une scène, c’est tout. Si c’est pour faire du fan-service : autant qu’elle joue un rôle minimum, avec au moins une phrase choc. Mais je crois que l’archétype de ce fan-service, c’est Nicolas Flamel. Inutile, il ne sert qu’à montrer ce personnage illustre et sa pierre philosophale quand il ouvre son placard, à part ça… Grindelwald, alors que le film, est concentré sur lui : on ne le voit quasiment pas. Quant à Norbert Dragonneau, il patauge… c’est une statue, il est là pour quoi ? Et je pourrais multiplier ces arguments… Bon nombre de personnages seront déjà oubliés après quelques jours, voire semaines, notamment à cause de leur manque incroyable de charisme. Surtout Croyance, vu l’importance de son rôle en plus, je trouve qu’il n’a aucun charme, qu’il est mal vêtu, mal maquillé, au point même que la fin du film (avec la grande révélation que je ne vais pas vous spoil) ne m’a fait aucun effet. Je me suis même dit : « quoi ? Sérieux, c’est lui ? ».

Un long métrage décevant

Je suis très déçu, parce que j’avais adoré le premier film. Ici, on se retrouve dans un long métrage qui, je trouve, ne possède même pas l’ambiance du monde magique de J.K Rowling, aucune musique ne m’a semblé pertinente. Pour le visuel, seules deux ou trois scènes de magie étaient belles, l’action inexistante. Les animaux de Dragonneau ? Mouais, a contrario du premier film, on n’est pas du tout émerveillé alors que la saga se nomme quand même Les Animaux fantastiques. En fait, Les crimes de Grindelwald est un film de transition avec le premier opus et le troisième opus je pense. C’est-à-dire qu’il se regarde peu de temps après le premier film et que si vous n’avez plus le premier en tête, le deuxième est incompréhensible. Sauf qu’un film entier de 2h15 pour une transition, c’est trop long.




2 commentaires sur “Les crimes de Grindelwald

Ajouter un commentaire

  1. Ah oui en effet, tu n’as vraiment pas aimé ! C’est dingue comme les avis peuvent diverger. Je n’ai pas été dérangée par l’absence de scénario bien défini, chaque personnage ou couple avait une sorte de mini intrigue et ça m’a suffi. Puis j »avais pas trop accroché avec le premier donc j’avais pas d’attentes particulières ici. Je me suis faite à l’idée que ce ne serait jamais HP mais, à son échelle, j’ai trouvé que celui-ci commençait à évoluer en un truc sympa !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :