Le mot « race » dans la science

Malaise ? La nation de « race » est encore beaucoup utilisée dans le jargon scientifique, non pas sans justification mais possiblement à contre-courant des différents sens (ambigus) qu’on lui donne.

racehumainesscience

12 juillet 2018 : l’Assemblée Nationale vote unanimement la suppression du mot « race » dans la Constitution. Toutefois, la science s’appuie énormément sur cette notion. Effectivement, les recherches sur les variations et les différences génétiques entre populations humaines sont de plus en plus nombreuses et il s’avère que ces différences existent bel et bien… Par exemple, certaines molécules dans les médicaments n’ont pas les mêmes effets suivant l’origine du patient. C’est depuis les crimes nazis que les Occidentaux avancent prudemment linguistiquement : les mots « ethnie » (plutôt culturel), « population » (plutôt neutre) ou encore « origine » (dimension géographique) sont employés à la place de la notion de « race ». À l’heure actuelle, la plus petite unité de classification d’un être vivant est « sous-espèce » qui a comme destinée naturelle de devenir une espèce à part, soit de revenir se fondre dans l’espèce de départ. Mais encore aujourd’hui, personne ne reconnaît de sous-espèce à Homo sapiens. Le concept de race finalement n’existe que chez les animaux de compagnie ou d’élevage (jamais sauvage) : une espèce qui subit un long et minutieux processus de sélection afin d’en tirer le meilleur profit. « La race serait donc une sorte de sous-espèce artificiellement renforcée » selon le journaliste scientifique Yves Sciama. Et finalement, c’est entre hommes et femmes qu’existent les plus grands écarts de génome ou de métabolisme. En somme, les généticiens – à cause des lourdes connotations historiques qui inclut ce mot dans un contexte social et non scientifique – évite d’utiliser le mot « race », toutefois il est évident qu’il existe bien des différences génétiques qui ont un réel impact dans la vie réelle entre les différents groupes humains. « Il est contre-productif de demander à la science de définir les valeurs régissant les relations entre les humains » même si cette notion de « race » met mal à l’aise la communauté scientifique. D’autres termes doivent donc être utilisés, ou même créés puisque le concept de « race » est destiné aux animaux sélectionnés. Une question se pose cependant : le discours de l’égalité doit-il primer sur le discours scientifique ?


Yves SCIAMA, « La science peut-elle se passer du mot « race » ? », Science & Vie, n°1213, octobre 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :