SP | La mélodie, ou l’instrumentalisation de l’indigence

Dans l’Allée de la Gloire trône un buste, celui de Mister Al. Jim Crace nous emmène dans la période la plus noire de la vie de ce pianiste, déchu de tout amour… Alicia, sa femme, est décédée et elle emmène avec elle Mister Al, ne laissant qu’un Alfred Busi, triste, désœuvré et seul qui doit faire face à des agressions, à une presse sensationnaliste et à un négociant vénal qui n’est autre que le fils de sa belle-sœur. Je remercie Cultura qui m’a permis de lire ce livre avant sa sortie.


Titre : La mélodie

Auteur : Jim Crace

Éditeur/pages/année : Rivages, 266 pages, 29 août 2018

Prix : 21€

Synopsis : Lorsque la mort d’Alicia survint, son mari Alfred Busi n’a plus jamais été le même. Autrefois célèbre en incarnant le pianiste Mister Al, il ne vit qu’à travers son passé et pour les gens du passé, ancré désormais dans la solitude. C’est une rencontre fortuite qui bouleverse sa vie, tant personnelle que professionnelle. Une rencontre avec une créature qui l’attaque chez lui la nuit. C’est un « enfant », un « garçon nu », il en est persuadé. Très vite, la presse à sensation s’empare de l’affaire. Créatures, indigents, sauvages, néandertaliens ? Tous ces mots qui deviennent synonymes s’emparent de la ville, et tous ces habitants ne voient plus qu’en Mister Al, une victime d’une dangerosité sauvage…


Notre côté sauvage ?

Ce livre nous apporte une inquiétante démonstration de l’instrumentalisation de la pauvreté, de l’indigence et de leur côté préjugé « sauvage » par les médias dans le seul but d’un sensationnalisme vénal, mais aussi celle des personnalités. Jim Crace traite en fin de compte un sujet d’actualité sensible. Qui sommes-nous en réalité face à la vie sauvage ? Est-ce que l’instinct de survie prend-il le pas sur la civilité ? Peut-on être considéré comme un animal sauvage ? Quelle vie mène-t-on et que veulent faire de nous ces autres êtres humains qui ont la chaleur d’un foyer et des vivres ? Ce livre pourrait être un plaidoyer contre ce racisme, cependant, il n’appuie pas assez sur cet objectif pour qu’on puisse le définir comme ceci. Il ne fait que poser la question, sans vraiment y répondre ni d’apporter d’éléments de réponses. C’est au lecteur de faire son choix et sur ce type de sujet, c’est assez dangereux, peut-être maladroit. On se retrouve donc avec une fin assez frustrante mais qui peut plaire à un certain nombre de lecteurs, tout est une affaire de goût. Mais en tant que roman, ce livre est tout à fait plaisant.

Le style détaillé de Jim Crace

Jim Crace sait faire ressortir les émotions de son personnage qui devient attachant à travers son style d’écriture, non pas basique mais sans pour autant être complexe. L’auteur a un style d’écriture particulier : il prend son temps. Il peut nous livrer une petite scène qui durera des pages, sans pour autant nous ennuyer. Finalement, quand on y réfléchit, il ne se passe pas énormément de choses dans ce roman, mais tout est si bien écrit que rien est à jeter. Le niveau de détails est assez impressionnant ce qui pourrait rebuter peut-être certaines personnes… L’intrigue est très bien ficelée, il est très plaisant de voir que tous les personnages et événements sont intimement liés. Il n’est rien laissé au hasard, il n’y a rien à perdre. Cette petite touche de thriller reste l’un des points le plus important du livre, car sans elle, il serait probable que je me serais ennuyé. C’est le bouleversement rapide d’une carrière et d’une personne que nous livrent Jim Crace dans son roman et la mise en lumière d’une réalité de plus en plus effrayante contre nos congénères malchanceux. Ne devenons nous-même pas sauvages en les traitant ainsi ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :