SP | Frère d’âme, une crise identitaire causée par la guerre

Dans son court roman publié aux éditions Seuil, l’universitaire David Diop nous livre dans son roman  Frère d’âme un récit d’un soldat sénégalais combattant pour la France lors de la Grande Guerre. Outre les évidentes cruautés de cette boucherie relatées par l’auteur, il nous livre plus implicitement une crise identitaire d’un soldat sévèrement touché par la perte d’un ami, au point d’en devenir terrifiant. Je remercie Cultura pour m’avoir permis de lire ce livre avant sa sortie.


Titre : Frère d’âme

Auteur : David Diop

Éditeur/pages/année : Seuil, 176 pages, 16 août 2018

Prix : 17€ (broché ou audio) / 6€ (poche)

Synopsis : Alfa Ndiaye est un Sénégalais qui combat aux côtés de la France lors de la Grande Guerre. Lorsque « son plus que frère » est tué au combat, Alfa porte tout le poids de ce décès sur son dos. C’en devient de lui un guerrier sauvage qui fait preuve de réflexion et remet en cause le devoir, cherchant à faire rédemption. Si féroce, si sauvage et si étrange que son comportement amène ses alliés à être terrifiés par ce personnage qui sème la mort en apportant un héritage plus qu’étrange chaque nuit dans ses tranchées… Forcé d’aller à l’Arrière, il se remémore sa vie.


Problème d’identité, faute à la guerre

Il est évident que dans ce genre de roman, l’auteur raconte les horreurs de la guerre. Et fort heureusement, il ne s’est pas arrêté là. David Diop nous relate l’histoire d’un personnage qui change brusquement à l’avènement de la mort de son camarade, si proche de lui. Désormais, il pense et devient même solitaire. Ce personnage effrayant qu’est Alfa Ndiaye est honteusement plaisant à découvrir, assommé par la guerre, c’est un homme qui devient dérangé mentalement. On entrevoit donc au cœur du récit une crise de l’identité, un aspect assez original et très présent. Ce roman, fort court, aurait pu être presque parfait. Effectivement, au cœur de cette écriture qui semble très liturgique, on retrouve beaucoup de phrases inutiles. Alors oui, parfois on répète une phrase, le plus souvent différemment, pour appuyer un point du texte. Mais dans Frère d’âme, ce système est présent tout au long du texte au point qu’il en devient une erreur. En premier lieu, les phrases répétées sont le plus souvent au mot pour mot les mêmes, sans faire avancer le texte. Des groupes de mots qui reviennent sans cesse deviennent lourds, on peut citer « par la vérité de Dieu » ou encore « yeux bleus jumeaux ». Certes, le sentiment du personnage dérangé est renforcé, mais tout ça forme un texte pesant. Le livre pourrait se diviser en deux parties, la deuxième étant la plus intéressante et active à mes yeux, peut-être parce que le nombre d’éléments est plus important. L’intrigue en elle-même est cohérente, quoique un peu plus floue par la suite, en lien évident avec la crise identitaire. Enfin, ce livre pourrait apporter un point négatif dans la société. Bien que cela ne reflétera pas la majorité des lecteurs, il peut inscrire – même indirectement – plus profondément cette idée de l’africain sauvage que représente David Diop. En effet, ce livre mêle si bien réalité et fiction que l’on peut se laisser manipuler par le texte. En somme, j’ai apprécié le livre mais il aurait sûrement été plus plaisant à lire sans toutes ces redondances…

4 commentaires sur “SP | Frère d’âme, une crise identitaire causée par la guerre

Ajouter un commentaire

  1. Ce livre va faire partie de mes lectures de cette rentrée littéraire avec le roman d’Alain Mabanckou également ! Ton avis me conforte dans cette idée malgré les quelques nuances que tu apportes, il a l’air tout de même très bon ! Sur certains points, ce livre me fait penser à « Cris » de Laurent Gaudé, mais c’est juste un sentiment qui n’est basé que sur le résumé et un petit nombre d’avis lus à son sujet, donc je verrais après ma propre lecture ce qu’il en est ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir. Je te remercie beaucoup pour ton commentaire et je suis fier de conforter ton avis sur ce roman que je conseille. Médiapart en a même rédigé un article, et il est considéré comme l’un des meilleurs romans par la communauté Cultura qui a fait quelques lectures en avant-première ! 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :