Le procès du siècle

LeProcesDuSiecle2Un long métrage centré sur un procès, c’est le genre de contexte que j’apprécie. Mais Le procès du siècle n’est pas le film à suspens auquel je m’attendais, malgré l’intrigue très plaisante et le message important qui est transmis dans cette œuvre inspirée d’une histoire vraie.

 

L’intrigue | Deborah Lipstadt (interprétée par Rachel Weisz) est une historienne américaine et auteure reconnue qui enseigne l’Histoire et la mémoire de la Shoah. Offrant une conférence pour expliquer et faire la publicité de son livre Nier l’Holocauste, elle se retrouve confrontée au britannique David Irving, écrivain extrémiste et avocat de thèses négationnistes sur le régime nazi. Irving, vivement critiqué dans le livre de Lipstadt assigne cette dernière en justice pour diffamation en Grande-Bretagne. Deborah Lipstadt se retrouve alors dans l’incroyable situation de devoir prouver l’existence des chambres à gaz sous le IIIe Reich et l’extermination des Juifs. 

Un procès inattendu au verdict attendu | Le film, inspiré d’une histoire vraie, nous lance dans un contexte original. L’œuvre commence déjà très fort en nous posant la question : « Comment peut-on prouver que l’Holocauste (ou la Shoah) a existé ? Quelles sont les sources, les preuves ? ». Tout l’enjeu du film est là, tout l’enjeu du procès est de prouver que non seulement Irving, qui est quand même un historien, a tort et qu’il joue avec les détails pour sa propre idéologie mais il est essentiel que l’accusée prouve que le massacre d’Auschwitz a bien existé. Mais j’avoue avoir été un peu déçu du film. En réalité, je trouve plus ce long métrage comme une histoire de faits que l’on raconte plutôt qu’un film a suspens. Je m’étais dit que ça allait être difficile de prouver ce massacre, que le négationniste interprété par l’excellent Timothy Spall étant très serein et sûr de lui, allait mettre en grande difficulté l’accusée. Mais finalement, ce ne fut pas le cas. Le film est d’ailleurs très tumultueux, au point d’être parfois anxiogène. Du début à la fin, les personnages parlent vite, répondent directement après la réplique de l’autre, sans laisser de temps de pause et parfois, c’est presque incompréhensible. On sent qu’il y a des idées qui n’ont pas été assez exploitées, parfois certaines sont amorcées mais n’aboutissent pas. Le procès est allé trop vite, on en connaît déjà le verdict très rapidement, et c’est bien dommage : on entend, après réflexion, que très peu d’éléments du négationniste. On pourrait presque croire que c’est un film de propagande, même si je reconnais et qu’il faut évidemment reconnaître que l’Holocauste a malheureusement existé. Mais le résultat final est si rapide qu’en fait, le film nous propose pas tant d’éléments que ça pour comprendre l’Holocauste. Par sa rapidité, il a desservi sans doute la cause qu’il comptait défendre. En somme, pour moi, le film est loin d’être celui que je préfère mais il n’est pas mauvais en soi. Je m’attendais seulement plus à un procès où le débat fait rage plutôt qu’un déroulé linéaire. Pour moi, ce n’est pas le procès du siècle, pas dans son fond. Il ne l’est seulement que pour l’aberration de devoir prouver ce massacre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :